Le domicile de la députée de l'Yonne Michèle Crouzet vandalisé : « Ce n’est pas uniquement s’en prendre à une élue de la République, mais aussi à mon mari et à mes enfants »

Publié le Mis à jour le

Après avoir reçu des menaces de mort par mail la semaine dernière, la députée MoDem de l’Yonne, Michèle Crouzet, a été victime de vandalisme à son domicile de Pont-Sur-Yonne. Elle suppose qu’il s’agit de l’œuvre de personnes opposées à la vaccination contre le Covid.

Quelques heures seulement après l’adoption du pass vaccinal à l’Assemblée Nationale, la maison de la députée Michèle Crouzet dans l'Yonne a été prise pour cible par des malfaiteurs. Son portail a été vandalisé et des projectiles ont été retrouvés dans son jardin, notamment une bouteille de bière où figurait le message « Sic Semper Tyrannis », autrement dit : "qu’il en soit toujours ainsi des tyrans". 

Pour l’élue MoDem, il s’agit clairement de l’œuvre de personnes dites "antivax". « Cela commence à aller vraiment trop loin. Nous sommes plusieurs députés à avoir reçu un mail de menaces de mort il y a une semaine. Une élue a ensuite reçu à son domicile une balle d’arme à feu dans une enveloppe, un autre s’est fait brûler sa voiture dans son garage et moi, on cherche maintenant à détruire ma maison » se désole Michèle Crouzet. Même si ses voisins s’engagent à être vigilants dans les prochaines semaines, la députée se dit encore marquée par la violence dont elle est victime.  

Deux plaintes déposées en une semaine   

Il y a une semaine, Michèle Crouzet a déposé une première plainte pour menace à l’encontre d’un élu de la République, suite au mail qu’elle a reçu. « Là, c’est avec mon mari que j'ai porté plainte pour dégradation de notre domicile, intimidation et atteinte à une élue de la république, détaille la députée. »  

« Nous allons aussi faire estimer les préjudices causés chez nous, mais le plus important désormais c’est que ma famille soit mise sous protection car ça prend trop d’ampleur. Il n’y avait pas que moi qui était visée cette fois, j’étais avec mon mari et deux de mes trois enfants ce soir-là ! Ce n’est pas uniquement s’en prendre à une élue de la république ce qu’il ont fait, mais aussi à ma famille, je ne peux pas laisser passer » insiste-t-elle.   

« A l’époque des Gilets jaunes déjà, j’ai dû faire sécuriser ma rue »

Michèle Crouzet, députée de la 3ème circonscription de l’Yonne

 « Je ne fais que mon travail de députée, et cela n’a pas à affecter ma famille ; d’autant qu’ils n’ont pas toujours les mêmes positions que moi dans l’hémicycle. Mais je ne veux en aucun cas que cela nous fasse vivre dans un climat anxiogène » poursuit la parlementaire.    

Déjà plusieurs tentatives d’intimidation

Depuis le début de son mandat à l’Assemblée Nationale, Michèle Crouzet a déjà dû faire face à d’autres formes d’intimidation, mais jamais d’une telle ampleur. « A l’époque des Gilets jaunes, j’avais déjà reçu des menaces de motards en colère, et j’ai dû faire sécuriser ma rue quelques temps » se souvient-elle.

Plus récemment, la mère de famille a aussi être prise à partie dans sa permanence, à Sens, par une groupe de 40 personnes de la mouvance des antivax. « J’ai tenue à prévenir la police, mais il n’y avait eu aucun heurt. Et c’est le propre de mon travaille d’élue de terrain d’avoir une permanence ouverte pour que l’on vienne parler avec moi. Cela n’a strictement rien à voir avec le fait d’avoir mon adresse personnelle, insiste-t-elle. »       

La majorité des menaces provient de personnes opposées à la vaccination contre le Covid

A l’instar de Michèle Crouzet, le député icaunais Guillaume Larrivé (LR) aurait aussi été victime d’un mail de menace de mort, et d’acte de vandalisme dans sa permanence à Auxerre, mais il s’abstient de toute déclaration.

Pour ces députés, tous partis confondus, une cellule a été mise en place à l'Assemblée Nationale pour collecter toutes leurs plaintes et recouper les différents faits de violence. Selon le ministère de l’Intérieur, les trois quarts des menaces contre les élus proviennent de personnes opposées à la vaccination.  

La semaine dernière, le ministre Gérald Darmanin a par ailleurs précisé que 300 plaintes ont été déposées par des élus depuis l’été et l’instauration du pass sanitaire, et que 60 parlementaires se disent menacés depuis le début de l’année 2022. Un chiffre en nette hausse…. Les députés pris à parti sont 47% de plus qu’en 2020.