• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Les commerces de Sens dessus dessous

La zone commerciale de Sens-sud
La zone commerciale de Sens-sud

Un commerce de la ville de Sens, "Paus’ Lecture "a lancé le 30 septembre une pétition sur le site Avaaz pour " sauver d’urgence la grande rue piétonne ", où 20 commerces de proximité ont fermé. Des débats, parfois vifs, émergent sur les réseaux sociaux à ce sujet.

Par Elina Weil


Pourquoi une pétition est-elle lancée ?
 

" Sauver d’urgence notre grande rue piétonne ", comprenez la Grande Rue située au centre-ville de Sens, voici l’intitulé de la pétition Avaaz lancée par le patron du le salon de thé " Paus’ lecture " située en bas de la Grande Rue ; alors que la zone commerciale sud de Sens vient d’ouvrir ses portes il y a une semaine et qu’un cinéma multiplexe est en place depuis mi-septembre dans le même secteur.

La députée-maire de Sens, Marie-Louise Fort, comprend l’objet de cette pétition et se dit aussi préoccupée par la question.

Cet appel à signature s’inscrit dans un contexte de fermeture de 20 commerces du centre de Sens, notamment dans la principale rue piétonne. Des commerces situés parfois côte à côte qui ont dû baisser le rideau, parfois à des échéances proches. Ce qui entraîne une désaffection des habitants pour le centre-ville  et pénalise les commerces environnants qui essaient de lutter.

Que dit cette pétition ?
 

Dans son appel à signatures, le patron de Paus’ Lecture souligne : " Les commerces ferment les uns derrière les autres, soit définitivement écrasés par les charges et les loyers élevés, soit pour se réimplanter dans des zones commerciales pour l’attractivité qui va s’y développer à l’avenir ". Pour lui, ceci va entraîner la mort progressive du centre de Sens, " qui se meurt déjà à petit feu ".

Ces zones commerciales environnant la ville de Sens - particulièrement bien dotée dans ce type de zones au niveau national - sont nombreuses : on compte un hypermarché Auchan, un Intermarché, deux Carrefour, un centre Leclerc, sans compter les Lidl, Aldi, Netto, et autres chaînes de bricolage, de décoration ou de puériculture qui s’implantent également. Ces enseignes se livrent aussi une bataille entre elles, parallèle à celle opposant les commerçants du centre à elles-même.

Cette problématique suscite des débats, notamment sur les réseaux sociaux. Danièle Pantel, sénonaise depuis 23 ans, déplore ces super- et hypermarchés en nombre : " Je suis née bien avant l'arrivée de ces grandes surfaces, et c'était bien plus agréable de faire les courses dans des petits magasins et de s’y distraire Avec mon mari, nous faisons vivre les commerçants de la rue Alsace-Lorraine, où règne une ambiance villageoise. On n'est allé qu'une seule fois à Auchan, depuis l'ouverture. Aidons les petits commerçants de Sens, ou ce qu'il en reste, à survivre "…

Pour un autre internaute, " beaucoup de couples actifs préfèrent les concentrations commerciales " .

Comment réagit la députée-maire de Sens ?


La députée-maire de Sens note elle aussi une désaffection de la clientèle sénonaise du centre-ville en faveur des zones commerciales environnantes. Les habitants de Sens se rendraient en effet régulièrement pour leurs achats à Auxerre, Montereau (Yonne), Melun – Sénart (Ile-de-France) et Troyes dans l’Aube.

Marie-Louise Fort indique que depuis le début de son mandat, son engagement  est de " réintéresser, reconquérir et garder cette population du tiers-nord de l’Yonne qui n’hésite pas à faire de la route pour réaliser ses achats. " Il faut que les sénonais retrouvent sur place ce qu’ils vont chercher ailleurs. Il faut rendre la ville à nouveau attractive, pour les territoires alentours également ".

La députée-maire de Sens se dit préoccupée par la question et aller régulièrement à la rencontre des commerçants, même si elle pense aussi " qu’il s’agit de s’adapter aux nouveaux us et coutumes des personnes, avec l’e-commerce notamment qui concurrence les commerces physiques et que dans ce contexte, de grandes enseignes du type de celles installées dans la périphérie de Sens ont bien leur place. « Tout le monde a sa place, les commerces de proximité du centre, et ces zones commerciales ".

Marie-Louise Fort souligne que pour ces raisons, elle a lancé le projet de reconquête du marché couvert en partenariat avec l’Office de tourisme, la Chambre de commerce et d’industrie de l’Yonne et la Chambre des métiers. La rénovation du marché couvert est en cours, l'inauguration doit avoir lieu début décembre. Idem pour la relance du FIZAC (Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce d'investissement). Un " office du commerce "  existe aussi à Sens " pour rassembler les commerçants du centre et d’autres quartiers et développer des actions en faveur du petit commerce " (M-L. Fort).

" Il ne faut pas trop noircir le tableau, nous avons encore des petits commerces dynamiques, et des artisans aussi, rue Pasteur par exemple, un luthier etc… " 

La maire de Sens compte aussi sur le marché de Noël du mois de décembre pour relancer l’activité en centre-ville.


Et les cinémas dans tout ça ?


Alors que les deux salles historiques de Sens, le Rex - qui proposait des films d’art et d’essai - et le Vox ont fermé simultanément le 30 août dernier, un nouveau multiplexe, " Confluences " a ouvert mi-septembre. Doté de sept salles et d’environ 1500 places, il sera inauguré jeudi 8 octobre 2015 dans la zone commerciale sud par Marie-Louise Fort. Une baisse de la fréquentation des deux salles serait à l’origine de leur fermeture, mais " de nombreux sénonais râlent à ce propos ", indique Danièle Pantel.

Ce à quoi Marie-Louise Fort répond : " Ici, les gens trouveront des parkings pour se garer, des facilités et les gens sont à la recherche de la qualité des salles des multiplexes, qui manquaient à Sens, et ne veulent plus aller dans des petites salles qui leur plaisent moins "… Elle indique par ailleurs qu’il y aura également des films d’art et d’essai proposés dans le nouveau multiplexe.

Mercredi 7 octobre 2015, ladite pétition avait recueilli 236 signatures, l’objectif est d’en réunir 500 au moins.

La pétition consultable ici

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus