Yonne : la maternité de l'hôpital de Sens se délocalise à Villeneuve-la-Guyard

Les femmes enceintes du nord de l'Yonne ne sont plus obligées d'aller jusqu’à Sens pour faire suivre leurs grossesses. Sages-femmes et gynécologues obstétriciens organisent désormais des consultations à Villeneuve-la-Guyard.
Il faut parfois prendre rendez-vous des mois à l'avance pour consulter un gynécologue.
Il faut parfois prendre rendez-vous des mois à l'avance pour consulter un gynécologue.

Un nouveau dispositif vient d’être mis en place pour offrir une égalité de soins aux femmes enceintes qui habitent le nord du département de l’Yonne, en Bourgogne.

Pour un meilleur suivi des grossesses, ce sont les sages-femmes et les gynécologues qui se déplacent vers les futures mamans, afin de qu’elles n’aient pas à faire le trajet jusqu’à l'hôpital.

C’est le cas à Villeneuve-la-Guyard. Une fois par semaine, les femmes enceintes seront accueillies par une sage-femme, dans les mêmes conditions qu'à la maternité de l'hôpital de Sens. "Il n’y a pas de différence. On a le même matériel. On a la possibilité d’appeler les médecins de la même manière. On est toujours dépendant de l’hôpital de Sens. C’est la même chose, sauf qu’on est à Villeneuve-la-Guyard", explique Elodie Ploton, sage-femme.
Par ailleurs, un gynécologue se rendra deux fois par mois à Villeneuve-la-Guyard pour assurer des consultations et des échographies.

 Reportage de Baziz Djaouti, Claude Heudes et Rachel Nectoux avec :
-Adélaïde Pattee, habitante de Villeneuve-la-Guyard
-Élodie Ploton, sage-femme
-Dr Daniel Pouehe, gynécologue-obstétricien à l'hôpital de Sens


Adélaïde Pattee, qui est enceinte de six mois, apprécie ce nouveau dispositif. Cela lui évite de faire 50 kilomètres aller-retour chaque mois pour être suivie à l'hôpital de Sens. 
"Je suis plus à l’aise, c’est ma commune. En plus, je connais les locaux, mon médecin généraliste est juste à côté", dit-elle.

 Mais, par dessus tout, "c'est plus pratique. Comme je travaille encore et que je suis à temps plein, en cinq minutes à peine je suis à ma consultation", ajoute la future maman.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société