• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

La reprise du site Doux de Pleucadeuc n'est pas encore annoncée

© France 3 Bretagne
© France 3 Bretagne

Les 135 salariés de l'abattoir de dindes Doux à Pleucadeuc, dans le Morbihan, espéraient que l'annonce de reprise de leur entreprise par un groupe anglais allait être officielle et confirmée, mais le comité d'entreprise n'a pas du tout pris cette tournure là. Les négociations se sont éternisées. 

Par Krystell Veillard

Pas d'offre de reprise lors de ce comité d'entreprise

Les salariés très inquiets avaient mis beaucoup d'espoir dans ce CE ce mardi et dans l'offre de reprise site de Pleucadeuc par un industriel britannique. Ce ne sera pas encore pour cette fois. Le Comité d'entreprise s'est éternisé en commençant par envisager la liquidation judiciaire. A la sortie pourtant le Pdg, Jean-Charles Doux se montrait optimiste quant à cette offre, qui devrait intervenir dans les jours qui viennent. Il faudra qu'elle arrive quoiqu'il en soit avant l'audience du tribunal de commerce de Quimper, qui aura lieu le 6 mai prochain.

Un espoir en provenance d'Outre-Manche

Le 16 avril dernier, Régis Valliot, l'administrateur judiciaire de l'abattoir de dindes de Doux à Pleucadeuc, dans le Morbihan, annonçait qu'il pourrait être repris par un "grand groupe" anglais, Il disait être dans l'attente d'un engagement écrit concernant ce site qui emploie quelque 135 personnes. il avait même du coup repoussé le délai pour une éventuelle candidature à la reprise du site "Tant qu'il y a une chance d'avoir une offre on ne va pas fermer" la procédure. "On ne peut pas se permettre de perdre une candidature si elle est sérieuse et il semble qu'elle soit sérieuse"
Pour les 135 salariés du site, l'enjeu est de taille. Le site de Pleucadeuc avait été repris début septembre par la société Galina, filiale de Doux. Lors de cette reprise, quelque 270 emplois avaient été supprimés.

La chute du groupe Doux

Le groupe Doux a été placé en redressement judiciaire en juin 2012. Puis son pôle frais déficitaire, liquidé et partiellement repris début septembre, avec la perte d'un millier d'emplois. Il se compose désormais des pôles surgelés et produits élaborés, employant au total 2.380 salariés. Le site de la Vraie-Croix a été fermé, celui de Sérent, repris par le groupe LDC qui n'a finalement conservé que 60 emplois sur les 175 que comptaient l'usine. Le site de Pleucadec était le seul du pôle frais que le groupe avait conservé au prix de nombreux licenciements, 270 sur les 418 salariés qui travaillaient dans cet abattoir spécialisé dans la dinde.

Le reportage à Pleucadeuc (56) de Jean-Philippe Tranvouez et Stéphane Izad

CCE à Pleucadeuc
Jean-Philippe Tranvouez, Philippe Beaugey

Interviews
- Nadine Rialet, salariée Doux Pleucadeuc
- Daniel Jollivet, représentant CFDT au CE
- Jean-Charles Doux, PDG groupe Doux



A lire aussi

Sur le même sujet

Dans la "marche des mutilés", Gwendal, éborgné, n'ose penser à sa vie d'après

Les + Lus