• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Les salariés de l'agroalimentaire vont manifester à l'aéroport de Brest

Les salariés de Gad / © AFP Fred Tanneau
Les salariés de Gad / © AFP Fred Tanneau

Les syndicats FO et CGT de Gad, Doux, Tilly-Sabco et Marine Harvest appellent à une journée d'action aujourd'hui, à l'aéroport de Brest. Ils veulent défendre l'agroalimentaire breton et interpeller le gouvernement. 

Par Sylvaine Salliou

Les syndicats CGT et FO de Gad, Tilly-Sabco, Doux, et Marine Harvest appellent à un rassemblement à 8h30, ce lundi matin, à l’aéroport de Brest. Ils disent qu'il y a urgence. Ils disent que 8 000 emplois directs et indirects sont menacés en Bretagne. C'est un véritable cri d'alarme qu'ils veulent lancer aux politiques, au gouvernement, à la population entière. Un appel à la grève a été lancé pour aujourd'hui, chez Gad, Tilly-Sabco et Marine Harvest. Le trafic risque d'être perturbé à l'aéoport de Brest-Guipavas ce lundi.


'On a jamais eu autant de dépôts de bilan'

La Bretagne, première région agroalimentaire de France, a vu ce secteur malmené au cours des derniers mois. Avant Gad SAS, le groupe norvégien Marine Harvest, premier producteur mondial de saumon, avait annoncé début juin qu'il allait supprimer plus de 450 postes au premier semestre 2014, avec la fermeture de ses sites de Poullaouen (187 CDI et une centaine d'intérimaires), près de Carhaix (Finistère), et de Châteaugiron (125 CDI et une cinquantaine d'intérimaires), en Ille-et-Vilaine.  "Au total, ce sont 5.000 suppressions de postes qui sont redoutées dans l'agroalimentaire en 2013", a expliqué le président de l'Association des industries alimentaires (Ania), Jean-Philippe Girard. "On a jamais eu autant de dépôts de bilan: à 70% dans le secteur de la viande et en Bretagne", a-t-il ajouté.


En 2012, l'agroalimentaire français avait déjà perdu 3.900 emplois.

Conscient des difficultés, le gouvernement a lancé fin septembre un "Plan agricole et agroalimentaire Bretagne", avec à la clé des soutiens financiers, notamment des crédits du ministère de l'Agriculture et européens. "Nous allons mobiliser tous ces moyens, mais c'est maintenant aux Bretons de présenter les projets, de telle sorte que l'on puisse actionner le plus efficacement possible ces outils", avait estimé M. Garot, à l'issue d'une réunion de travail consacrée à ce plan. Une nouvelle rencontre doit avoir lieu en décembre pour en préciser les contours. "L'emploi dans le secteur agroalimentaire doit être l'objectif central du plan Bretagne", a insisté samedi M. Ayrault, réclamant sa mise en oeuvre "le plus rapidement possible d'ici la fin de l'année". 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a assuré samedi que le gouvernement utiliserait "tous les moyens à sa disposition pour permettre le retour à l'emploi des hommes
et des femmes touchés par la fermeture des sites
", notamment l'abattoir Gad de Lampaul-Guimiliau.

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview d'André Ollivro

Les + Lus