Cet article date de plus de 7 ans

Un Breton conçoit le plus petit bâtiment passif du monde

C'est le plus petit bâtiment passif du monde. Une construction faite de bois, de matériaux sains et qui n'a besoin de rien d'autre qu'un peu de soleil et d'eau pour être chauffé. Son concepteur, Thomas Primault, veut en faire une vitrine pour son activité et son bureau.
En construisant sa maison, Thomas Primault, ingénieur thermicien,  avait prévu une petite extension, imaginée comme une maison de thé qui au japon (Thomas Primault aime l'architecture japonaise) est une construction faite de matériaux naturels et très sobrement meublée.

"Ce dépouillement, sans artifice ramène l’esprit à ce qui est essentiel, être assis là, ici et maintenant".


Mais pour faire face à la forte croissance de son activité, (Thomas Primault a créé en 2009 le bureau d'étude Hinoki, spécialisé dans la construction passive), l'ingénieur thermicien avait besoin d'un nouveau local. Celui qu'il s'était installé chez lui ne suffisant plus, l'espace prévu pour la maison de thé va finalement être transformé en bureau . "Par choix, j'ai toujours voulu travailler à proximité de mon domicile pour préserver la vie familiale et limiter les transports. Mon activité étant centrée sur les bâtiments passifs, ce bureau devait tout naturellement répondre au standard Passivhaus."

Un véritable défi technique

Pour concevoir ce nouveau lieu de travail Thomas Primault recherche donc la sobriété à tous les niveaux : surface utile réduite à 12m2  seulement, matériaux bio-sourcés, consommations énergétiques limitées à leur plus simple expression (lumière, bureautique et une ventilation à double flux...), si bien qu'aujourd'hui, le projet Mizu se targue du label de plus petit bâtiment passif du monde. Il n'a pour se chauffer besoin que du soleil et d'une bouilloire en fonte pour la préparation du thé ! 

"L'objectif était multiple. Tout d'abord pouvoir montrer à mes clients ce type de bâtiment lorsqu'ils viennent en rendez-vous. Ensuite, bénéficier du niveau de confort inégalé d'un bâtiment passif. Enfin, troisième point important : faire de ce projet un emblème de ce qui se fait de mieux aujourd'hui en termes de matériaux et de performances. Plus un bâtiment est petit, plus il est difficile de le rendre performant, car les surfaces en contact avec l'extérieur sont proportionnellement beaucoup plus importantes. L'objectif était donc de démontrer d’un savoir-faire autour d’un projet atypique."

Hinoki, un maître d’ouvrage engagé

Spécialiste du bâtiment passif, Thomas Primault a depuis 2009 travaillé sur plus de 50 références allant de la maison individuelle au tertiaire. Pour mener à bien ce nouveau projet, il s'est entouré de nombreux partenaires du monde la construction tels que "Abibois", "le réseau des professionnels du bois en Bretagne", "La maison passive France", "Pavatex"," Panaget", "Pro clima", etc. Les travaux sont en cours, le déménagement est prévu pour le mois de septembre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement architecture