Que faire si l'on trouve des munitions “historiques” sur une plage ?

Les obus mis à jour puis déminés ce mardi 7 janvier à Locmariaquer (56) / © JP Tranvouez
Les obus mis à jour puis déminés ce mardi 7 janvier à Locmariaquer (56) / © JP Tranvouez

Le littoral Atlantique a été le théâtre de nombreux combats durant la Seconde Guerre mondiale. Régulièrement, on trouve des munitions que l'on appelle "historiques": obus, cartouches, grenades ou des mines en pleine mer. Leur destruction est une mission de la Marine Nationale.

Par Stéphane Grammont

Il n'est pas rare de trouver des munitions "historiques" sur les plages, l'estran ou même en mer. Le drame de l'île de Groix, où un feu de camp a été allumé malencontreusement sur une munitions de la Seconde Guerre mondiale, le rappelle : les munitions "historiques" ne sont pas rarissimes sur notre littoral.

Après la succession de tempêtes de cet hiver, 80 obus ont été mis à jour sur une plage de Locmariaquer dans le Morbihan. Plongeurs-démineurs de Brest avaient alors "contre-miné" l'équivalent de 5 kg d'explosifs. Idem à Crozon en février, ou en baie d'Audierne en avril dernier, où la Marine Nationale a pétaradé 53 obus de 50mm


Voir: l'inventaire des munitions historiques par l'association Robin des Bois

Car c'est l'une des missions de la Marine Nationale que de détruire ces munitions historiques : 300 en tout depuis janvier 2014, une année "prolifique" en raison des tempêtes de l'hiver. 

Le premier réflexe à avoir si l'on trouve une munition ou un objet suspect: prévenir le Cross, le sémaphore ou la capitainerie la plus proche.

Il faut toujours considérer l’engin comme dangereux 


"La probabilité de trouver des munitions dites historiques existe sur le littoral Atlantique" explique Lionel Delort , le responsable de la communication de la Préfecture Maritime de Brest. "Il ne faut surtout pas toucher à un engin ou un objet métallique qui paraît louche sur une plage, et le signaler le plus rapidement possible au CROSS le plus proche" rappelle la Préfecture Maritime.

Une équipe de spécialistes, les plongeurs-démineurs, interviennent d'abord pour jauger du danger. A cette étape, une photo de l'engin et son point GPS sont un plus. "Le milieu marin bouge avec les marées, la météo, et les munitions sont vieilles et peuvent être instables, il faut donner un maximum d'éléments aux équipes qui vont intervenir".

Que faire lorsqu'on trouve des munitions historiques?


A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus