Toussaint : dans ce jardin les défunts dorment aux pieds des arbres

À Pluneret, au bord de la rivière du Bono, le Jardin de mémoire est un cimetière unique en France. Un jardin où les cendres des défunts reposent au pied des arbres.

C’est un lieu coloré, fleuri, paisible, où le temps est comme suspendu entre terre et mer. Un parc cinéraire unique en France  où les cendres de défunts ont été enterrées aux pieds "d’arbres de mémoires".

80 à 90 y sont plantés chaque année pour tenter de satisfaire la demande. Des oliviers, érables, pins, magnolias, chênes, en tout 60 essences autour desquels sont entretenus de petits jardins en souvenir du disparu. Quand il s'agit de se faire enterrer, certaines familles, parfois les défunts eux-mêmes ne veulent ni cimetière, ni colombariums. Pour autant, la dispersion des cendres les frustrent d'un lieu de mémoire. Le Jardin de Mémoire  leur offre la possibilité d'un lieu de dépôt des cendres au pied d'un arbre qui devient le leur. Un lieu de souvenir, mais aussi simplement de promenade.

Cinq hectares consacrés à déjà quelque 500 arbres "habités", aime dire son créateur, par des défunts qui viennent désormais de toute la France.

Un sujet de Thierry Brehier et Bruno Van Wassenhove


Interviews :
    - Michel Frinault, Line Lecadre et Nicole Roussel : proches "d'habitants" du jardin de mémoire.
     - Lionel Le Maguer : créateur et directeur du Jardin de Mémoire


Le Parc a été créé en 1998 par Lionel le Maguer après la mort d’un ami. Depuis, un décret de 2007, qui encadre la destination des cendres, interdit d’autres lieux collectifs de ce genre, consacrés au dépôt des urnes, autres que les cimetières publics.