• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Triskalia : pétition pour l'instruction de la plainte déposée par les salariés intoxiqués

Rassemblement en soutien aux ex salariés de Nutréa Triskalia / © F. Leroy
Rassemblement en soutien aux ex salariés de Nutréa Triskalia / © F. Leroy

Quatre salariés du site Nutréa-Triskalia de Plouisy (22) se battent depuis plus de 5 ans pour que soit instruite leur plainte contre X. Ils l'ont déposée, suite à une intoxication par des céréales pleines de pesticides. Une pétition est en cours.

Par Sylvaine Salliou

C'est probablement le reportage diffusé sur France Inter dimanche matin, dans Interception qui a décidé Hélène Granouillac, présidente de Terre Bleue, une association de défense de l'environnement. Elle a décidé de lancer une pétition en ligne pour que soit enfin instruite la plainte contre X déposée en 2009 par deux salariés de Triskalia. Cette plainte a été classée une première fois sans suite, puis relancée, mais en est toujours au stade de l’enquête préliminaire.

Ils n'arrivent plus à dormir, ils respirent mal et crachent du sang

Les faits remontent à 2009. Ils se passent à Plouisy, dans des silos à céréales de l'usine Nutréa-Triskalia de Plouisy. Les céréales sont infestées par des charançons et autres insectes nuisibles et pour ne pas les perdre, elles sont traitées avec un insecticide très puissant, interdit depuis 2007, le Nuvan Total.

Très rapidement, certains salariés se sentent mal : maux de tête, douleurs au ventre, troubles du sommeil, saignements de nez, brûlures au visage et cuir chevelu, problèmes respiratoires. Deux salariés, Stéphane Rouxel et Laurent Guillou portent plainte et alertent l’inspection du travail. Début 2011, après une quinzaine d’arrêts de travail, ils sont déclarés inaptes par la médecine du travail de la Mutualité sociale agricole (MSA), et sont licenciés.

Ils doivent éviter tout contact avec des produits chimiques : du parfum au détergent...

Après de multiples rendez vous médicaux, le diagnostic est posé : ils sont atteints d'hypersensibilité chimique multiple, une maladie reconnue au niveau international, mais peu connue en France. Ils doivent désormais éviter tout contact avec les produits chimiques, ils ne supportent plus ni parfum, ni produit ménager....

Portrait d'un ancien salarié de Triskalia, empoisonné au contact de pesticides. 2011

Depuis, ils ont été rejoints dans leur combat par deux autres collègues de Nutréa, eux aussi licenciés pour inaptitude à l’été 2013, Pascal Brigant et Claude Le Guyader. 

Faute inexcusable

Le 11 septembre dernier, le tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Saint-Brieuc a reconnu la faute inexcusable de Nutréa pour les cas de Laurent Guillou et Stéphane Rouxel. Le tribunal a jugé que la société "devait avoir conscience du danger auquel ses salariés étaient exposés et n'a pas pris les mesures nécessaires pour les en préserver". Nutréa n’a pas fait appel.

Nutréa condamnée, renonce à faire appel

Les deux ex-salariés ont aussi saisi les prud’hommes. Ils contestent leur licenciement. De leur côté, Claude Le Guyader et Pascal Brigant se sont vu refuser par le Tass la reconnaissance de leur hypersensiblité en maladie professionnelle. La cour d’appel de Rennes a nommé un expert pour se pencher sur leurs cas.

Quant à la plainte au pénal, elle est toujours au stade de l’enquête préliminaire.

Retrouvez l'émission de France Inter, Interception, diffusée dimanche 22 février et intitulée "Bretagne : une histoire de grains pourris"


A lire aussi

Sur le même sujet

French Touch - Miossec

Les + Lus