• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Porc: quelles sont les vraies marges des grandes surfaces ?

Action de producteurs de porcs, en grande surface, contre de la viande d'importation. / © MYCHELE DANIAU / AFP
Action de producteurs de porcs, en grande surface, contre de la viande d'importation. / © MYCHELE DANIAU / AFP

Les éleveurs de porcs n'en finissent pas de crier leur désespoir. Cette semaine s'est ouverte sur de nouvelles actions coup de poing dans l'Ouest. Les producteurs reprochent à la grande distribution de pratiquer des marges trop élevées. Mais qu'en est-il réellement ? 

Par Hélène Pédech

Des éleveurs à bout, au bord de la faillite, dont certains disent ne plus rien avoir à perdre. Voilà des mois que la filière porc est dans le rouge. Première cible de leurs actions coups de poing, en ce début de semaine: la grande distribution. Les producteurs accusent les grandes et moyennes surfaces d'acheter la viande à trop bas prix mais aussi et surtout de pratiquer des marges trop élevées. Qu'en est-il réellement ?

Concernant les marges, dénoncées par les éleveurs de porc (mais aussi par les producteurs de lait et de viande bovine), l'enquête menée chaque année par l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires montre combien la crise est beaucoup plus complexe, qu'il n'y parait, et combien sa responsabilité est partagée. 

Des marges en hausse sur la côte de porc...

Au rayon viande fraîche, prenons l'exemple de la côte de porc. Entre 2013 et 2014,  toutes provenances confondues (France et étranger), le consommateur a, en moyenne, payé le kilo moins cher en grande surface: 0,06 centimes en moins.

Entre 2013 et 2014, les marges de la grande distribution sur la côte de porc ont augmenté / © Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires
Entre 2013 et 2014, les marges de la grande distribution sur la côte de porc ont augmenté / © Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires
A son entrée à l'abattoir, le kilo de côte de porc était payé, en 2014, 2€68 / kg (soit 45% du prix affiché en magasin). La marge brute réalisée par l'entreprise de transformation (abattage et découpe) représentait près de 24% du prix global de la côte; une part en léger déclin par rapport à 2013. La marge brute, effectuée par la grande distribution, contribuait pour de son côté au quart du prix affiché au consommateur; une part en progression (25,4% en 2014 contre 21% en 2013).

... mais en nette baisse sur le jambon

En revanche, pour ce qui est du jambon cuit, produit-phare de la charcuterie, l'évolution est toute autre.
Depuis 2010, la grande distribution n'a cessé de réduire ses marges sur le prix du jambon. / © Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires
Depuis 2010, la grande distribution n'a cessé de réduire ses marges sur le prix du jambon. / © Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires
Depuis 2010, la marge de la grande distribution est en baisse constante passant de 4,51 euros (42,5% du prix au consommateur) à 4,18 euros (38%) du kilo. Les marges réalisées par les transformateurs (abattage-découpe puis charcuterie-salaison) demeurent, elles, relativement stables par rapport au prix affiché en magasin (autour de 23%).


Les gestes n'apaisent plus les tensions

Sur la question du prix d'achat, en 2014, le cours du porc s'est établi à 1,327 euro le kilo soit 14 centimes de moins que l'année précédente.
La semaine passée, le gouvernement a décidé de limiter à deux mois par an les fortes promotions sur la viande porc fraîche (Arrêté du 10 juin 2015 - JO).
De leur côté, les grandes enseignes ont consenti un geste. Ce mardi, Système U, dont une soixantaine de magasins U des régions Ouest et Normandie ont été visées la veille, ont "demandé à leur fournisseur de viande fraîche Cooperl de payer à la production le kilo de porc à hauteur de 1,40 euro le kilo." Le groupement coopératif emboîte ainsi le pas à Michel-Edouard Leclerc, et à Intermarché qui s'est engagé, il y a deux semaines, à verser 5 centimes de plus par kilo acheté.
A l'évidence, ces efforts n'ont pas suffi à apaiser la colère des producteurs.

Serge Papin, PDG de Système U, était l'invité du 19/20 ce mardi 23 juin sur France 3 Bretagne :

Le PDG de Système U sur la crise agricole
Serge Papin, Pdg de Système U, invité du 19/20 Bretagne du 23/06/2015. Interviewé par Stéphanie Labrousse


A lire aussi

Sur le même sujet

Extrait du documentaire

Les + Lus