Bali Breizh war enezenn Naoned / Bali Breizh sur l’île de Nantes : haut lieu de l'économie sociale et solidaire

Ur gêr liesseurt hag a fiñv kalz eo Naoned pa vefe war dachenn ar arzoù pe hini an ekonomiezh. Emañ e-touez ar re o deus ar muiañ a nerzh a-fed an ekonomiezh sokial ha kengred da skouer. Nantes est une ville dynamique. C’est particulièrement vrai dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.

Goulwena an Henaff ha Katell Le Joncour er Solilab
Goulwena an Henaff ha Katell Le Joncour er Solilab © Bali Breizh

« 16% eus an implijoù prevez a zeu eus an ekonomiezh sokial ha kengred e Bro Naoned, ar pezh az a d'ober 36 000 implij. Keidenn Bro-C’hall a zo tro da 13% », eme Katell Le Joncour, e karg eus kehentiñ ar Solilab, ur lec’h gouestlet d’an ekonomiezh-se, staliet war enezenn Naoned ha meret gant ar gevredigezh Les Écossolies. Bras-tre eo an dachenn : 9000 m² a zo. Peadra da ginnig darvoudoù hag obererezhioù liesseurt : marc’hadoù gant produioù lec’hel ha bio, ur stal hag a werzh produioù adkempennet, tu a zo dont da zresañ e varc’h-houarn ha kinniget e vez ivez burevioù hiniennel pe kenlabour d’an embregezhioù o deus c’hoant sevel ur raktres en ur zoujañ ouzh pennaennoù an ekonomiezh sokial ha kengred. Hag an enkadenn a vevomp n’he deus ket stardet al lusk-se, pell a se. « E-pad ar prantadoù kenfinañ, an dud o deus bet amzer da brederiañ ha da brientiñ raktresoù nevez. Bremañ o deus c’hoant lañsañ an traoù », a zispleg Katell Le Joncour.

Petra eo an ekonomiezh sokial ha kengred ?

Katell Le Joncour a ginnig un doare da dermeniñ an ekonomiezh-se : « Tu a zo da lârout e vez aozet un embregerezh diouzh reolennoù an ekonomiezh sokial ha kengred ma labour war temoù sokial, liammet ouzh an endro ha pa vez meret en un doare demokratel. Da lâret eo, ma vez rannet ar galloud etre an holl ha pa ne vez ket ar pal gounid arc’hant. An arc’hant gounezet a servij diouzhtu da arc’hantaouiñ raktresoù nevez. » Met n’eo ket aes d’an holl kompren mat petra eo en un doare fetis. Abalamour da se e vez aozet emvodoù kelaouiñ digoust ha digor d’an holl evit displegañ d’an dud petra az a d’ober an ekonomiezh-se.

Perak e vez ken kreñv an ekonomiezh-se e Bro Naoned?

Naoned a zo ur gêr vras hag a fiñv kalz met abegoù all a zo ivez, liammet ouzh an istor.

Kornôg Bro-Chall a zo un takad boas da grouiñ a bep seurt traoù abaoe pell : kevredigezhioù, kenwarezioù, kevelourioù, strolladoù sonerezh… Gwriziennet mat eo e tro-spered an dud a vev amañ.

Evit gouzout hiroc’h war an danvez-se ha war ur bern traoù all, sellit ouzh an abadenn amañ dindan.

Bali Breizh war enezenn Naoned

Et en français…

« 16% des emplois privés du Pays Nantais viennent de l’économie sociale et solidaire. Cela représente 36 000 personnes il me semble. La moyenne française est autour de 13 % », explique Katell Le Joncour, en charge de la communication pour le Solilab, un lieu dédié à cette économie, installée sur l’île de Nantes et géré par l’association Les Écossolies. Le terrain est vaste : 9000 m². De quoi proposer divers événements et actions : marchés de produits bio et locaux, une boutique de vente d’objets recyclés en tous genres… Et il est possible de venir réparer son vélo. L’association propose également des bureaux individuels ou en cotravail à des entreprises qui ont un projet qui respecte les principes de l’économie sociale et solidaire. Et la crise que nous connaissons n’a pas freiné les envies de ce côté-là, bien au contraire d’après Katell Le Joncour : « Durant les périodes de confinement, les gens ont eu le temps de réfléchir à de nouveaux projets. Maintenant, ils veulent les lancer ! »

L’économie sociale et solidaire, mais qu’est-ce que c’est ?

Katell Le Joncour nous en propose une définition : « On peut dire qu’une entreprise fait partie de cette économie si elle travaille sur des thèmes sociaux et environnementaux, en étant gérée de façon démocratique, c’est-à-dire, si le pouvoir est partagé entre tous. De plus, son objectif n’est pas de faire du bénéfice. La richesse est investie dans de nouveaux projets. » Mais, ce n’est pas si évident pour tout le monde de comprendre concrètement ce que cela signifie. C’est pour cela que le Solilab propose chaque mois des réunions d’information gratuites et ouvertes à tous.

Pourquoi cette économie est-elle si forte dans le Pays Nantais ?

Nantes est une grande ville très dynamique dans divers domaines mais d’autres raisons expliquent la présence marquée de l’économie sociale et solidaire à Nantes et dans ses alentours, des tendances historiques peuvent nous aiguiller.

« L’ouest de la France est un territoire habitué, depuis très longtemps à créer dans divers domaines : associations, mutuelles, coopératives, groupes de musique… Cet esprit est bien enraciné dans la population », explique la jeune femme.

Pour en savoir davantage sur cette économie mais aussi sur d’autres sujets, n'hésitez pas à cliquer sur la vidéo de l'émission.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture bretonne culture culture régionale économie solidarité société social