"En Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour". Ce boulanger cuit son pain grâce à l’énergie solaire

durée de la vidéo : 00h01mn46s
Denis Roisil cuit son pain grâce à l'énergie solaire au Faouët dans les Côtes-d'Armor. Une manière de faire des économies tout en préservant la planète. ©Fabrice Leroy, Jean-Marc Seigner. France 3 Bretagne

C’est une idée... solaire, qui pourrait bien sortir quelques boulangers du pétrin de la hausse des factures d'électricité. Au Faouët dans les Côtes d'Armor, Denis Roisil cuit son pain dans un four qui fonctionne grâce au soleil.

Depuis la guerre en Ukraine, les boulangers subissent de plein fouet la flambée du coût de l’énergie. Denis Roisil a trouvé la parade en utilisant tout simplement les ressources de dame Nature pour cuire son pain. Et quand on est boulanger solaire, il faut toujours garder un œil sur la météo.

"Là, ils annoncent un peu de vent, des rafales à 45 km/h, donc on sait que les nuages vont vite passer, analyse-t-il en regardant une application sur son téléphone. Ça ne coûte rien d’essayer !"

Ni une, ni deux. Notre boulanger oriente sa remorque dans la bonne direction et déploie trois rangées de miroirs sur une surface de 5 m2. Des panneaux qui vont suivre la course du soleil.

"Le but du jeu c’est de concentrer tous les rayons qui vont rebondir sur les miroirs au centre du four et qui vont nous amener une chaleur assez incroyable", explique Denis Roisil. Et en effet la combustion est immédiate.

Une cuisson bonne pour l'environnement

Ça ne s’invente pas, le fournil de Denis n’est autre qu’un camion de pompier reconverti. Pendant trente ans, il a tenu une boulangerie bio à Lyon. Il s’est lancé dans la fabrique de pain solaire en février dernier dans le village du Faouët. Une cuisson vertueuse qui préserve l’environnement tout en permettant de faire des économies.

L’objectif c’est d’être autonome. Il n’y a plus de facture d’électricité. Par contre, effectivement, on est tributaire de la météo.

Denis Roisil, boulanger solaire Barasol

Pour le moment le boulanger n’a pas été gâté par l’ensoleillement. "C’est vrai que le mois de février a été particulièrement couvert, et au mois de mars on s’attend à quelques giboulées. Mais bon, comme on dit : en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour !"

Un nuage passe. Ce jour-là, il n’arrivera qu’à cuire quelques biscuits. Heureusement, il a un four à bois pour assurer sa fournée, toujours sans aucune consommation d’électricité.

(Avec Fabrice Leroy et Jean-Marc Seigner)