“De 10.000 à 65.000 euros d’aides non versées par exploitation”, les agriculteurs des Côtes-d’Armor se mobilisent

Les aides promises par l'État ne sont pas versées. La FDSEA des Côtes-d’Armor a décidé de ressortir les tracteurs sur les routes pour une action ce mardi 2 avril 2024, à Guingamp.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le mécontentement est à la hauteur des promesses non tenues par le gouvernement. “Nous n’avons rien eu ou presque” dénonce Mathieu Lozac’h. Le vice-président de la FDSEA des Côtes-d’Armor est en colère. Selon cet agriculteur, son dossier de financement est bouclé mais le chèque n’arrive pas. “Il manque 30% de mes aides, soit 10.000 euros”.

Les aides pour le bio en partie oubliées

Des sommes plus importantes sont manquantes du côté des exploitants en bio. “Pour les aides à la conversion ou au maintien à l’agriculture bio, c’est pire. Dans des exploitations, il manque jusqu’à 65.000 euros”.

Face à l’État, cet agriculteur de Callac ne cache pas sa colère. “Le niveau de confiance est de zéro. Nous devons faire d’importantes modifications dans nos exploitations et en retour les aides ne tombent pas” affirme-t-il. Conséquences : les agriculteurs se retrouvent étranglés par les banques et le besoin de liquidité.  

À LIRE : Face à la crise de la filière bio, les agriculteurs déplorent "un manque de volonté politique"

Action ce mardi 2 avril

Les tracteurs se poseront de nouveau au niveau du rond-point de Kernilien à Guingamp vers 12h-12h30. “On ne veut pas prendre en otage la population mais que pouvons-nous faire pour être entendus ?” souffle Mathieu Lozac’h en remplissant sa remorque. 

La FDSEA22 compte se faire entendre devant le centre des impôts et la sous-préfecture. “Oui, c’est l’État que nous visons. C’est lui qui ne fait pas le chèque qu’il nous doit. La simplification promise n’arrive pas.”.

Difficile de savoir combien d’exploitants vont répondre à l’appel. “Nous sommes au début d’un nouveau vent de colère” annonce le vice-président du syndicat agricole.