CARTE. Colère des agriculteurs. "On veut des actes". Le point sur les mobilisations en Bretagne

Les agriculteurs bretons repassent à l'action ce mardi 23 janvier à Quimper et Morlaix. Dans les jours qui suivent, des blocages sont attendus dans les Côtes-d'Armor, le Finistère et le Morbihan. Un défilé de tracteurs est annoncé à Rennes ainsi que la présence des pêcheurs, le 25 janvier. Toute la Bretagne agricole se mobilise pour demander "des actes et non des paroles".

"On veut des actes ! On a déjà rencontré le préfet, on a pu échanger avec lui mais maintenant c'est fini." Fabienne Garel, la présidente de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) des Côtes-d'Armor en a marre et elle a décidé de le faire savoir avec ses collègues agriculteurs. En Bretagne comme dans le reste de la France, ils se mobilisent.

Le Finistère déclenche les hostilités

C'est la FDSEA et les Jeunes agriculteurs (JA) du Finistère qui ouvrent le bal des hostilités. Du côté de Quimper, "le blocage de la route nationale 165 par les agriculteurs est en cours ce jour (mardi 23 janvier)", prévient la Préfecture. Il y a deux points de blocage : au Troyalac'h et au Rouillen. Des déviations ont été mises en place.

Retrouvez sur cette cartographie les différents points de blocage et les actions qui sont en cours ou qui ont été annoncés pour les prochains jours :

Toujours ce mardi, un blocage à Morlaix est en cours depuis 17h30 sur la N12.

Mercredi, les syndicats agricoles prévoient des mobilisations et des blocages à 11h, sur le pont de l'Iroise à Brest.

LIRE : Mort d'une agricultrice, son mari et sa fille toujours dans un état grave : ce que l'on sait de cette voiture ayant foncé sur un barrage de manifestants dans l'Ariège

Blocages dans les autres départements bretons, défilés de tracteurs à Rennes

Dans les Côtes-d'Armor, la FDSEA et les JA du département annoncent des blocages ce mercredi 24 janvier 2024 en fin de matinée sur les routes nationales 12 et 164. Aucun mouvement devant la préfecture costarmoricaine n'est signalé.

En Ille-et-Vilaine, ce 24 janvier, les voies rapides Rennes/Saint-Malo, Rennes/Nantes et de Fougères seront bloquées à partir de 11h.

Dans le Morbihan, deux actions de blocages sont prévues, ce mercredi à 11h, sur la RN165 sur la voie rapide au niveau de Josselin et sur la voie rapide au niveau de La Trinité-Surzur

Le 25 janvier, du côté de Rennes, des défilés de tracteurs sont prévus dans la ville avant un rassemblement devant la préfecture de Région à 10h30. 

Les pêcheurs en soutien à Rennes

Les pêcheurs annoncent qu'ils seront présents dans les rangs des manifestants à Rennes, ce 25 janvier, "en solidarité avec les agriculteurs" assure David Le Quintrec, patron pêcheur à Lorient. "Nous serons au minimum une cinquantaine, précise-t-il. Une partie sera dans le convoi pour Rennes et les autres attendront devant la préfecture".

"Colère", "trop-plein" et "désespérance"

Les agriculteurs Français se disent à bout. Des blocages et diverses actions sont déjà en cours depuis le début du week-end dernier dans le sud-ouest du pays. "Les agriculteurs veulent redonner une forme de dignité à leur métier" explique Arnaud Rousseau, le président de la FNSEA.

"Les agriculteurs sont en colère" continue-t-il. Il évoque des sentiments de "désespérance" et de "trop-plein". Après les précédentes protestations de décembre pour contester les normes environnementales trop contraignantes, les manifestants souhaitent mettre en avant "les questions de revenus et de compétitivité" ou encore "la suradministration".

D'autres manifestations d'agriculteurs sont aussi en cours dans toute l'Europe.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité