Usine de saumons à Plouisy. "Pas envie de travailler avec des amateurs". Le maire veut fermer la porte au projet de Smart Salmon

Publié le
Écrit par Romuald Bonnant .

Ressources en eau, gestion des rejets, risque de pollution... Le maire de Plouisy fustige l'absence de réponses de l'entreprise norvégienne Smart Salmon concernant la construction d'une ferme aquacole de saumons. Une manifestation contre le projet d'usine est prévue ce 10 décembre. L'industriel dit vouloir répondre aux exigences de la commune.

Le saumon de Plouisy est peut-être mort dans l'oeuf.

Rémy Guillou, le maire de la commune proche de Guingamp dans les Côtes-d'Armor, ne croit plus au projet lancé il y a six ans par l'entreprise norvégienne Smart Salmon. Et il ne mâche pas ses mots vis-à-vis de l'industriel. "La confiance est ébréchée. J'ai le sentiment d'amateurisme et je n'ai pas envie de travailler avec des amateurs" indique-t-il. 

Point sensible : la ressource en eau

Car, depuis plusieurs mois, lui et son conseil municipal attendent des réponses à leurs questions de la part de l'entreprise norvégienne Smart Salmon, principal acteur dans ce dossier. 

Il y a trop d'incertitudes

Rémy Guillou

Maire de Plouisy

Point particulièrement sensible : celui de la ressource en eau douce. Selon Smart Salmon, qui prévoit de produire 8.000 tonnes de saumons par an, les besoins quotidiens en eau sont de 600 m3 par jour. Beaucoup trop pour la mairie qui a demandé à l'entreprise de revoir sa copie à la baisse. "Il y a trop d'incertitudes sur la question de l'eau. Surtout avec les périodes de sécheresse que nous avons traversées et celle à venir" précise Rémy Guillou. La demande de la municipalité est restée lettre morte.

Autre "élément bloquant", selon le maire de Plouisy : le souhait de Smart Salmon de construire une canalisation sur plus de 4 km afin de rejeter l'eau utilisée pour l'élevage dans la rivière du Trieux. 

De nombreuses inconnues 

Et les griefs ne s'arrêtent pas là. Les élus de Plouisy avaient aussi imposé à l'industriel norvégien de produire lui-même au moins 30% de ses besoins en électricité, grâce à l'installation de panneaux photovoltaïques. Aujourd'hui, seulement 15% sont prévus par Smart Salmon.

La nécessité pour l'industriel de saler puis désaliniser l'eau pour l'élevage des saumons constitue un autre sujet d'inquiétude. Les poissons ont besoin d'eau douce en début de cycle puis d'eau salée à la fin de leur croissance. Seule solution : l'installation d'une usine de désalinisation avant de rejeter l'eau dans le milieu naturel. "Un système très coûteux et très consommateur d'énergie électrique" relève Rémy Guillou.

S'ajoute une liste de demandes de précisions concernant les risques de pollution de l'eau par les rejets de phosphore ou d'hormones ou encore les questions sur le montage financier exact du projet.

Notre patience est à bout

Rémy Guillou

Maire de Plouisy

Un océan d'interrogations sans réponses. "Notre patience est à bout" lâche le maire qui est aussi vice- président de l'agglomération de Guingamp en charge de l'eau et de l'assainissement. Je suis au contact des habitants et il y a un rejet de la population pour ce projet" affirme-t-il.

Un appel à manifester samedi contre le projet

Un rejet qui se fera entendre ce samedi 10 décembre, à l'appel du collectif "Dourioù Gouez" (Les eaux sauvages, NDLR). Une manifestation est prévue le matin sur le site qui doit accueillir l'usine. Puis l'après-midi dans le centre-ville de Guingamp.

C'est une usine qui n'a pas sa place ici

André Le Mau

Membre du Collectif "Dourioù Gouez"

Pour André Le Mau, membre de ce collectif, "c'est une usine qui n'a pas sa place ici".  Le militant écologiste dénonce des agissements de l'industriel norvégien. "Pour fabriquer la nourriture des saumons d'élevage, ils pêchent des tonnes de petits poissons, ils mélangent ça avec du maïs OGM qu'ils font venir d'ailleurs. Sans compter toutes les déjections."

Smart Salmon confirme sa volonté de s'installer

Une franche hostilité que l'un des patrons de Smart Salmon ne comprend pas. Joint par téléphone ce 8 novembre, Ole Bakke, co-président de l'entreprise dont le siège est basé à Nordfjordeid dans le nord-ouest de la Norvège, se dit "optimiste". "Nous avons beaucoup travaillé avec un cabinet expert pour répondre aux nombreuses exigences, relate-t-il. Et sur certains points, nous allons plus loin que les recommandations qui nous sont faites". Il précise "travailler pour augmenter la part d'électricité produite en interne".

Le travail de dialogue doit se poursuivre avec les élus français

Ole Bakke

Co-président de Smart Salmon

L'entrepreneur norvégien confirme au passage les 150 millions d'euros d'investissements et la création à terme de 100 emplois. Pour lui, "le travail de dialogue doit se poursuivre avec les élus français." 

Un brin énervé face aux manifestions hostiles des écologistes, il questionne. "Demandez-leur ce qu'ils vont manger dans le futur ? Car il y a de moins en moins de ressources en mer alors il faudra bien du poisson d'élevage."

Nous attendrons le projet définitif de Smart Salmon pour nous positionner

Vincent Le Meaux

Président de Guingamp-Paimpol agglomération

Dans un courrier adressé aux habitants, le président de Guingamp-Paimpol agglomération rappelle la signature du Plan climat par les 88 conseillers qui composent la communauté de communes. "Nous avons fait le choix d’accueillir des entreprises qui participent à la croissance sûre de la Bretagne, celle qui associe développement économique et sociale avec l’indiscutable préservation de la planète, souligne Vincent Le Meaux. C’est d’ailleurs l’engagement pris par Smart Salmon. J’ai écouté les arguments de ces entrepreneurs lorsqu’ils affirment que leur projet industriel respecte les enjeux notamment en termes de quantité d’eau et de qualité d’eau. Je constate toujours des lacunes dans leur argumentation. Nous attendrons donc leur projet définitif pour nous positionner"

Le président d'agglomération dit ne "pas vouloir participer au dénigrement systématique de tout projet industriel. A cette méthode négative, note-t-il, j'oppose la mienne, celle construite sur les principes démocratiques de la concertation républicaine éclairée par des données objectives, rationnelles et scientifiques".

Il précise que le bureau communautaire recevra à nouveau les dirigeants de Smart Salmon d'ici la fin de l'année. Vincent Le Meaux leur demande également de "présenter leur projet aux élus avant tout dépôt de leurs dossiers d'autorisations administratives".

Ce sont des gens sérieux

Philippe Le Goff

Vice-président de Guingamp-Paimpol agglomération et maire de Guingamp

Pour Philippe Le Goff, maire de Guingamp et vice-président en charge des grands projets au sein de l'agglomération, "c'est un projet qui apporte du développement économique mais il doit évidemment tenir compte des enjeux environnementaux". Il ajoute : "Smart Salmon, ce sont des gens sérieux, avec un projet innovant qui est une première en France" observe-t-il.

Un avis qui tranche radicalement avec celui de son homologue de Plouisy. Au final, c'est le préfet des Côtes-d'Armor qui, s'il le faut, devra jouer les arbitres en faveur ou non de cet élevage de saumons.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité