Vidéo. Est-ce bien un loup qui a été aperçu par des chasseurs à Grâces, près de Guingamp ?

C'est sur la commune de Grâces, dans les Côtes d'Armor que des chasseurs pensent avoir aperçu un loup samedi après-midi, lors d'une battue. Le fils de l'un d'eux a eu le réflexe de filmer l'animal. Des analyses vont être faites par l'OFB.

Ils partaient ce samedi après-midi pour une battue aux sangliers. Le répérage avait été effectué le matin comme à l'accoutumée. Une virée organisée par la société de chasse de Grâces, avec une douzaine de chasseurs, dont Bernard Morange qui nous a raconté comment cela s'est passé...

"Ohlala, je vois un loup !"

"Avant de commencer la battue, on s'assure à chaque fois, pour une question de sécurité, que chacun est bien positionné, que les lignes sont bien formées..." explique le président de cette société de chasse. "Chaque membre est appelé au Talkie-walkie. Et c'est à ce moment-là, que l'un d'eux a crié : "Ohlalala, je vois un loup ! Je vois un loup !"

Bernard, est trop loin pour voir la bête de ses propres yeux, mais comme tout le monde a entendu la phrase, les 4-5 chasseurs postés à proximité aux abords du lieu-dit Kerlouët, ont aussi pu apercevoir l’animal passer à une centaine de mètres d'eux, alors même que la chasse n'avait pas débuté.

"Le fils de l'un d'eux a eu le réflexe de sortir son téléphone et de filmer" poursuit Bernard Morange. "La jeunesse par rapport aux anciens" sourit le président : "Il a bien fait ! Ça n'arrive quand même pas tous les jours !"

C'est tellement insolite que le président a alors partagé la vidéo sur les réseaux sociaux :

Ceux qui ont vu l'animal de leurs propres yeux sont plutôt sûr d'eux : à "99,9 %, il n’y a pas d’ambiguïté" a affirmé le chasseur donneur d'alerte à nos confrères du Télégramme.

Bernard Morange, lui aussi semble plutôt convaincu : "Je ne vois pas ce que ça peut être d'autres qu'un loup. On sait faire la différence avec un chien... Mais faut être prudent !" 

Lire aussi : Un loup aperçu à nouveau dans les Côtes-d'Armor

Un loup ? Vraiment ?...

Des empreintes ont été relevées et photographiées par d'autres chasseurs qui se trouvaient à proximité. Comme dans les autres cas de ce type, ces traces vont être transmises à l’Office français de la biodiversité (OFB) pour être authentifiées. L'OFB qui a en plus fait le déplacement ce dimanche matin sur place pour faire ses propres prélèvements.

"Ils ont dû regarder notamment l'écartement des pattes et chercher d'autres traces" poursuit le président qui reconnaît ne pas être un spécialiste.

D'après l'OFB, la présence du loup a été confirmée dans différentes zones de la région, mais s'agit-il ici  vraiment d'un loup ?  L'association de protection et de conservation Férus, se montre prudente : "Il peut tout à fait s'agir d'un loup, mais il faut des traces pour valider les observations... L'idéal pour en être certain, serait un prélèvement génétique" explique Tanguy Descamps, animateur régional de cette association.

Combien sont-ils ?

Autre question pour le moment en suspens : s'agit-il toujours du même individu qui se promène dans différents endroits en Bretagne ? Ou bien il y a-t-il plusieurs loups dans la région ? "Pour le moment, seul un cas a été clairement identifié, c'est celui vu à Sizun en avril dernier."

Lire aussi : VIDÉO. Comment savoir combien il y a de loups dans le Finistère ?

Pour cet individu, une identification génétique a pu être faite. Grâce à de l'ADN prélevé dans un poil retrouvé sur son passage. Elle prouve que l'animal vient de l'Est de l'Europe. "Ça peut être le même, poursuit Tanguy Descamps, nous n'avons pour l'instant aucune preuve reconnue qu'il existe plusieurs individus en Bretagne."

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité