INTERNET. Des fermes en zones blanches branchées sur satellite pour le très haut débit. "Il faut absolument trouver des solutions clé en main"

Avec le développement de la robotique, de l'informatique, du numérique dans les exploitations agricoles, le très haut débit est devenu indispensable. Seulement voilà, beaucoup de territoires ruraux bretons sont en zones blanches. C'est à dire avec pas ou peu de réseau mobile et internet. Pour trouver une parade, un test est mené dans une ferme expérimentale des Côtes-d'Armor pour obtenir internet en très haut débit via le satellite.

C’est une expérimentation originale qui vient de commencer dans les Côtes-d’Armor. Elle vise à mieux connecter les exploitations agricoles à internet.

Pour contourner le piège des zones blanches dans ces territoires souvent ruraux, non couverts par un réseau mobile et internet, un test de connexion à internet par satellite vient d'être lancé pour une durée de trois mois.

Une expérimentation en conditions réelles

C'est la ferme expérimentale de Crécom sur la commune de Saint-Nicolas-du-Pélem qui a été choisie pour réaliser ces expériences. 

Pour Jean-Jacques Deniel, élu à la chambre d'Agriculture de Bretagne et président du groupe de travail "Numérique et Data", "il est indispensable que tous les agriculteurs aient accès au même niveau de connexion. C'est pour cela que nous mettons en place cette expérimentation."

Pendant un trimestre, dans cette ferme expérimentale, des données relatives par exemple aux naissances de porcelets, à l'alimentation des animaux, mais aussi aux datas pour les administrations vont passer par ce nouveau service développé par Nordnet, la filiale du groupe Orange, spécialisée notamment dans l'accompagnement des professionnels se trouvant en zones blanches.

Le service est basé sur une technologie simple d'utilisation, selon Christophe Outier, responsable du développement chez Nordnet. "Grâce à cette expérimentation, dit-il, nous allons mieux connaître les usages rendus possibles dans l'agriculture de l'internet par satellite. Cela concernera la productivité comme aussi le confort et la sérénité que cela peut apporter aux exploitants".

Une connexion internet via une mini-parabole

Grâce à une parabole d'environ quarante centimètres de diamètre couplée à une box, il est désormais possible de bénéficier une connexion internet très haut débit. Un résultat obtenu grâce à une nouvelle génération de satellites. Et notamment le satellite KONNECT, développé par l'industriel Thalès et opérationnel depuis fin 2020. Cet équipement offre un débit de téléchargement de 100 mégabits par seconde.

"Même si on se trouve en zone blanche, la tendance générale est d'avoir accès à plus de débit pour avoir accès à plus de service" indique Eric Toulalan, directeur de programmes chez Eutelsat, opérateur européen de satellites.

Car l'agriculture et les fermes sur le territoire vivent depuis plusieurs années une révolution numérique. Une révolution qui demande beaucoup de capacités sur internet.

Tous les agriculteurs bretons ont besoin d'un internet à haut débit

Jean-Jacques Deniel

Elu chambre d'Agriculture de Bretagne

"La vidéo-surveillance s'est beaucoup développée dans les élevages pour assurer un suivi 24h/24H au plus proche des animaux par exemple en période. Cela évite aussi au personnel de courir dans tous les sens." avance Jean-Jacques Deniel.

L'élu à la chambre d'Agriculture de Bretagne insiste sur un point particulier. "Les agriculteurs ont de plus en plus besoin de partager des données au sein de la ferme mais aussi avec leurs partenaires comme les vétérinaires, les fournisseurs d'aliments et bien-sûr les chambres d'Agriculture".

Des zones blanches qui mettent en péril les exploitations

Pour lui, la fracture numérique due aux zones blanches doit être sérieusement prise en compte. "Sans cela, il y a des risques importants pour la santé économique de certaines exploitations.

Des fermes connectées à Internet : une solution de transition en attendant le déploiement de la fibre dans les campagnes. Un déploiement qui pourrait mettre plusieurs années dans certains territoires.

Pas le temps d'attendre pour Jean-Jacques Deniel. "Il faut absolument trouver des solutions clé en main" pour tous les agriculteurs qui sont contraints par les zones blanches.