VIDÉO. Elections départementales dans les Côtes d'Armor : ce qu’il faut retenir du débat diffusé sur France 3 Bretagne

Un débat entre six candidats aux élections départementales des Côtes d'Armor était organisé sur France 3 Bretagne avec Romain Boutron (LR), Raphael Le Méhauté (LREM), Christian Coail (PS), Pierre-Adrien Fetas (UDB), Philippe Carer (LFI), Gérard de Mellon (RN). Voici ce qu’il faut retenir.

Sur le plateau de France 3 Bretagne, six candidats participent à un débat à l'occasion des élections départementales. De gauche à droite en haut : Romain Boutron (LR), Raphaël Le Méhauté (LREM), Pierre-Adrien Fetas (UDB). En bas, de gauche à droite : Philippe Carer (LFI), Gérard de Mellon (RN) et Christian Coail (PS)
Sur le plateau de France 3 Bretagne, six candidats participent à un débat à l'occasion des élections départementales. De gauche à droite en haut : Romain Boutron (LR), Raphaël Le Méhauté (LREM), Pierre-Adrien Fetas (UDB). En bas, de gauche à droite : Philippe Carer (LFI), Gérard de Mellon (RN) et Christian Coail (PS) © Margaux Moutafian / FTV

A l’approche des élections départementales, un débat entre six candidats issus de divers cantons des Côtes d'Armor était organisé ce lundi 14 juin sur le plateau de France 3 Bretagne, en collaboration avec France Bleu et Ouest-France.

Pour évoquer les enjeux du département, étaient invités :

 

VIDÉO. Retrouvez ici le débat dans son intégralité


Les Côtes d’Armor, en bref

Dans les Côtes d'Armor, Romain Boutron (LR) actuel président du Conseil départemental brigue un nouveau mandat, au nom de la droite et du centre. Sans ambiguïté, il annonce son désir de gagner ces élections, pour poursuivre " le projet costarmoricain ", dit-il.

" C’est une élection qui est faite pour des candidats qui appartiennent à des partis, ils ne sont pas là pour répondre aux préoccupations des habitants ", lance d’emblée Raphaël Le Méhauté (LREM).

Double casquette pour Gérard de Mellon (RN) qui se présente aux régionales et aux départementales. " Il faudra que je choisisse en effet, je n’ai pas fait mon choix encore ".

© A. Grall - France Télévisions

0% de hausse d’impôts c’est historique, c’est inhabituel. Quand ils étaient au pouvoir les socialistes augmentaient les impôts à chaque mandat.

Romain Boutron 'LR)

Pour l’opposition, le bilan de l’équipe actuelle est contrasté, il reste encore " beaucoup de choses à faire ".


Le débat, ce qu’il faut retenir

► Le plan routier

Les Côtes d’Armor sont traversées par la RN12 et la RN164, deux voies express gratuites. Il y a trois ans et selon un audit, 64 % des routes sont jugées en bon état. Deux grands chantiers routiers sont à venir : le contournement de Saint-Brieuc par le sud et la rocade est de Lamballe.

L’entretien des routes c’est la déroute.

Christian Coail (PS)

Les techniques employées ne remportent pas l’adhésion notamment le revêtement choisi. " On peut étaler du gravillon sur les routes pour dire qu’on a fait du kilométrage mais ce qui compte c’est la structure de la chaussée. Les maires des communes sont très mécontents de l’entretien des routes ", avance Christian Coail (PS).

A Paimpol, une association nommée "Le goudron de la colère" s’insurge contre des nuisances sonores rapporte Pierre-Adrien Fetas (UDB) qui regrette que les riverains se soient faits " baladés " lorsqu’ils ont pris contact avec le conseil départemental.

Un quart des routes a été refait pendant le précédent mandat, un autre quart sera fait lors du prochain mandat.

Romain Boutron (LR)

Les routes c’est aussi du personnel. Les agents de routes ont vu 10 % d’emplois supprimés ces deux dernières années rappelle Christian Coail. Ceci n’est pas sans conséquence pour assurer les missions de service public comme lors d’épisodes neigeux ou de tempêtes, pendant lesquelles des communes se sont retrouvées démunies. " On a une perte de réactivité dans ces moments-là " souligne Pierre-Adrien Fetas (UDB).

" Oui nous avons supprimé des postes ", répond Romain Boutron (LR) qui met en avance le développement et la modernisation des équipements.

Christian Coail (PS) et Raphaël Le Méhauté (LREM) mettent en avant la place du vélo sur les routes, avec le développement de pistes cyclables et une concertation indispensable avec les citoyens.

► La place des aînés dans le département

Les Côtes d’Armor est le département qui connaît le plus fort taux de vieillissement. En 2050, 40 % de la population sera âgée de plus de 65 ans. La majorité sortante a engagé un plan seniors sur 6 ans, de 30 millions d’euros.

Le papy-boom est devant nous, il faut y aller sans mesure. Ce qui compte c’est la qualité de vie des habitants.

Raphaël Le Méhauté (LREM)

Gérard de Mellon (RN) veut poursuivre et insiste sur cette priorité : maintenir les personnes âgées à domicile. " Nos anciens doivent continuer à vivre dans leur environnement familier " sans pour autant évoquer la partie finances.

Christian Le Coail (PS) met lui en avant le statut des aides à domicile qui ne sont pas valorisées par le Segur de la Santé. " Il faut rendre plus attractif ce métier ". " Il faut mieux le rémunérer pour permettre de recruter " abonde Romain Boutron (LR) " faire connaître ce métier, accompagner la formation " Philippe Carer (LFI) va dans le même sens et insiste : " Il faut que ces questions restent dans le domaine public. "

Pour Raphaël de Méhauté (LREM), il faut tout de même insister sur la création de places dans les Ehpads, car le maintien à domicile n’est pas toujours possible. " Et créer un centre de répit pour les aidants, car ceux qui s’occupent des personnes âges doivent avoir un moment pour respirer."

Pierre-Adrien Fetas (UDB) estime lui qu’il faudrait peut-être envisager d’autres solutions entre le maintien à domicile et l’Ehpad, innover comme des habitats partagés.

 

► Les déserts médicaux, quels remèdes ?

60 communes dans le département manquent de médecins. 200 sont à recruter d’ici à 5 ans.

Les Côtes d’Armor c’est le seul département en Bretagne où on perd des médecins. La situation s’explique par le fait qu’il y a une fac de médecine à Brest, une autre à Rennes. Nous on est au milieu. Le département doit s’engager avec ces facs pour garantir la venue des internes à Saint-Brieuc.

Pierre-Adrien Fetas (UDB)

Les candidats se heurtent sur la notion de maisons médicales " On peut construire des maisons médicales mais s’il n’y a pas de médecins à l’intérieur, ça ne sert à rien ", souligne Romain Boutron (LR).

" Mais s’il n’y a pas de maisons, il n’y pas de médecins non plus donc c’est le chat qui se mord la queue ", argue Raphaël Le Méhauté (LREM). Les déserts médicaux sont partout, en ville comme en zone rurale. Pour lui, une maison médicale représente l’une des solutions.

Philippe Carer (LFI) voudrait lui une offre de santé pour tout le monde, à moins de 10 kilomètres.

Le premier tour des élections départementales aura lieu le dimanche 20 juin dès 19 h 50 et sera à suivre en direct.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections à l'antenne vos rendez-vous