7.400 interventions, 26.000 personnes secourues... Une année 2022 "chargée" pour les sauveteurs en mer

De la plage jusqu'au large, les sauveteurs en mer sont mobilisés 365 jours par an, 24 h sur 24. La SNSM a réalisé plus de 7.400 interventions en 2022 et pris en charge 26.000 personnes. L'association vient de rendre public le bilan de son activité pour l'année passée.

La SNSM dresse le bilan de son activité pour l'année 2022. Une année "chargée" remarque l'association qui dévoile ses chiffres : plus de 7.400 interventions pour 26.000 personnes prises en charge, sur la plage comme au large. 14.000 ont été soignées dans les postes de secours cet été et près de 10.000 secourues en pleine mer. "Parmi elles, relève la SNSM, les migrants en difficulté dans la Manche représentent 15 %. Une donnée en baisse par rapport à 2021, constate-t-elle, du fait de la réorganisation du dispositif de l'Etat dans la zone maritime en Manche".

Les causes des interventions 

Les avaries sont la première cause d'interventions en mer, à hauteur de 50 %. Les échouements arrivent juste derrière : dans 12 % des cas, "ils sont liés à une méconnaissance du secteur géographique" précise la SNSM. Laquelle rappelle qu'un matériel en panne peut mener à une mise en danger des usagers.

Noyades, malaises, accidents, piqûres ou encore recherches d'enfants perdus figurent également parmi les raisons qui déclenchent les secours. 

Qui est secouru 

Selon la SNSM, 75 % des personnes secourues en mer, en 2022, pratiquaient la plaisance à moteur ou à voile. "Le reste des interventions concernent les professionnels de la mer, comme les pêcheurs".

L'association remarque que "le nombre d'embarcations assistées s'avère stable", fruit sans doute du travail de sensibilisation menée auprès des amateurs de sports nautiques. Toutefois, durant l'été, ils sont les vacanciers "les plus secourus dans la bande de 300 mètres après les baigneurs et les usagers de la plage en difficulté". 

Kite-surf, kayaks, planches à voile, Stand-up paddle et surfs sont les flotteurs les plus concernés.

Exercices en mer

Outre les sauvetages, la SNSM a réalisé 5.623 exercices en mer, 633 transports sanitaires (en hausse de 4 %) ou encore 2.618 dispersions de cendres (+ 7 % par rapport à 2021). 

24h sur 24

La SNSM regroupe 8.800 sauveteurs, tous bénévoles, répartis sur 240 sites du littoral métropolitain et ultramarin. Elle opère sous la coordination des centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS), 24 heures sur 24, 365 jours par an.

Les numéros d'alerte

En cas de difficulté, deux numéros d'alerte peuvent être appelés : le 196 en mer, le 112 depuis la plage.