Cet article date de plus de 3 ans

Brest : l'abandon du projet de Notre-Dame-Des-Landes va-t-il bénéficier à l'aéroport de Brest ?

Le nombre de passagers  au départ de l'aéroport de Brest représente plus d'un million de voyageurs. Les ouvertures de lignes s'accélèrent pour les affaires, pour les vacances mais aussi pour le fret.
En 2017 le nombre de passagers a augmenté e 3,5%
En 2017 le nombre de passagers a augmenté e 3,5% © France 3 Bretagne
Une chose est sûre l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ne fera pas d'ombre à celui de Guipavas. Le TGV ne sera pas non plus en concurrence frontale avec l'avion au-delà de Rennes (à 2h10).  Et Paris restera longtemps encore le fond de commerce de l'aéroport Brest-Bretagne. 

Une place à prendre après l'abandon de Notre Dame des Landes ?

En réalité ce n'est pas si simple. Pour attirer les compagnies, les aéroports sont en concurrence. NDDL ne sera pas donc pas un nouveau concurrent mais l'aéroport de Brest peut se sentir à l'écart par rapport à Nantes et Rennes qui sont exploités par une même société rivale de l'exploitant brestois.


De nouveaux atouts commerciaux

À compter du 25 mars 2018 l'aéroport de la pointe bretonne offrira une liaison quotidienne avec Marseille (Ryanair). C'est l'une des nouveautés, tout comme l'ouverture d'une ligne sur Lille (Hop!). Car Brest veut se développer vers les grandes villes françaises mais aussi vers les grands aéroports européens et surtout vers ces hubs qui redirigent les voyageurs vers un éventail de destinations européennes et internationales.

Brest continuera donc longtemps de soigner les liaisons avec Paris mais en plus des vols domestiques l'aéroport finistérien développe maintenant des destinations touristiques estivales : la Grèce (Athène et Corfou) et le Maroc (Agadir) sont au chapitre des nouveautés. S'y ajoute l'allongement de la période des vols pour la Corse (Figari) et pour les Canaries


Lié à la vitalité économique de l'ouest

Sur le plan économique, l'aéroport voit dans son radar une belle perspective, celle du transport de marchandises. Après l'échec de Combiwest, la plateforme qui devait allier train et poids lourds, le monde agricole se tourne vers l'avion.


Avec ou sans Notre-Dame-des-Landes, l'aéroport brestois est de toute façon dépendant de la santé économique de la région.
durée de la vidéo: 01 min 45
Brest : déjà plus d'un million de passagers ©France 3 Bretagne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports