Meurtre de la famille Troadec : le procureur de Nantes détaille les aveux du meurtrier présumé

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucas Hobé
Les aveux du meurtrier présumé de la famille Troadec

Pierre Sennès, procureur de Nantes, a fait le point ce lundi sur la morbide affaire Troadec, après les révélations d'Hubert C., beau-frère de Pascal Troadec et auteur du meurtre : l'héritage familial, le récit du quadruple assassinat et la tentative de diversion ont été abordés. 

Le procureur de Nantes Pierre Sennès s'est exprimé ce lundi après les déclarations d'Hubert C., beau-frère de Pascal Troadec, qui a avoué avoir tué les quatre membres de la famille Troadec.

La version du meurtrier Hubert C.

Lors de sa garde à vue, ce dernier a donné sa version des faits concernant la nuit du 16 au 17 février dernier, date à laquelle les Troadec n'ont plus donné de signe de vie.

"Hubert a indiqué qu'il s'était rendu dans la soirée à Orvault, à proximité de la maison de la famille Troadec. Son intention était de les espionner car il pensait que Pascal Troadec avait hérité de pièces d'or. Il dit avoir appliqué un stéthoscope sur les fenêtres et les portes de la maison pour écouter ce qui se disait à l'intérieur. A 23h, il explique qu'il est rentré dans le garage du domicile, s'est caché en attendant que les quatre membres de la famille aillent se coucher pour récupérer une clé sur un meuble. Il aurait fait du bruit, ce qui aurait réveillé le couple Troadec, Brigitte et Pascal. Selon Hubert C., Pascal Troadec serait descendu avec un pied de biche à la main. Une dispute aurait éclaté entre les deux hommes dans des conditions qui restent floues. Hubert C. aurait récupéré le pied de biche et aurait ensuite frappé à mort le couple, avant de tuer les enfants, Sébastien et Charlotte" indique Pierre Sennès, qui ajoute que plusieurs éléments restent à préciser mais qu'il s'agit à coup sûr d'une "scène de grande violence".

Corps démembrés et brûlés

L'auteur du meurtre serait ensuite resté jusqu'au petit matin dans le logement, avant de rentrer dans son domicile de Pont-de-Buis-lès-Quimerch, dans le Finistère. "Il aurait tout avoué à sa femme, Lydie Troadec. Le 17 février au soir, ils seraient retournés à Orvault pour nettoyer la maison et emporter les corps. Le 18 février au soir, les corps des victimes auraient été placés dans la voiture de Sébastien Troadec et ramenés à Pont-de-Buis-lès-Quimerch".

Durant trois jours, Hubert C. aurait tenté de faire disparaître les corps. "Il aurait démembré les victimes avant d'en brûler une partie et enterrer le reste". Mais où les corps ont été mis ? "Hubert C. nous a donné des indices sur une localisation" précise le procureur de Nantes.

Pas de jeu de piste morbide

Alors que l'affaire Troadec ressemblait à un jeu de piste macabre, la réalité serait toute autre. Comme l'indique le procureur de Nantes, "Hubert C., aurait nettoyé la voiture de Sébastien qui a transporté les corps et l'a ensuite amenée à Saint-Nazaire, un peu au hasard, pour tenter de brouiller les pistes".

Mais la découverte à Dirinon de la carte vitale de Charlotte Troadec et des livres de jeunesse au nom de Pascal Troadec n'ont pas été placés pour tromper les enquêteurs. "Il semblerait qu'Hubert C. était encore en possession de ces objets quand la disparition des Troadec a été signalée. Il a dû s'en débarrasser rapidement, près de chez lui" indique Pierre Sennès.

Perpétuité

Le procureur de Nantes précise néanmoins qu'un "gros travail de précision et de clarification reste à faire. Le récit des événements, les différentes séquences factuelles doivent être précisées".

Hubert C. et Lydie Troadec ont été déférés devant le parquet de Nantes ce lundi après-midi. "Ils sont en cours de mise en examen. L'assassinat de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec ainsi que l'atteinte à l'intégrité d'un cadavre sont les chefs d'accusation retenus contre Hubert C. Il encourt la prison à perpétuité. Lydie Troadec est poursuivie pour modification de l'état des lieux d'une scène de crime et recel de cadavre d'une personne victime d'un homicide. Elle risque jusqu'à trois ans d'emprisonnement" a précisé Pierre Sennès. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.