“Pas de Jeux Olympiques sans policiers” : la colère des forces de l’ordre face au manque d’anticipation

Les policiers de toute la France sont très inquiets face à leur mobilisation pour les Jeux Olympiques. Pour se faire entendre, ils vont lever le pied et sortir de leurs commissariats ce jeudi 18 janvier 2024 dans le cadre d’une action nationale. À quelques mois des JO de Paris 2024, ils veulent des réponses.

“Qui va sur Paris ? Comment fait-on pour faire garder nos enfants pendant tout l’été ? Comment on se loge sur la capitale ? Les questions sont nombreuses mais le ministère de l’Intérieur n’apporte aucune réponse” s’alarme Yann Dupont, policier à Brest et secrétaire départemental  d'Alliance Police pour le Finistère. Les Jeux Olympiques de Paris 2024 demandent des renforts considérables de policiers pour l’évènement qui se déroulera du 26 juillet au 11 août.

À cela s’ajoutent les Paralympiques du 28 août au 8 septembre. Les JO recouvrent une longue période de vacances scolaires où, traditionnellement, les agents posent trois semaines de congé. Cette année, ils savent qu’au mieux ils auront deux semaines non consécutives de pause en juin ou septembre. Soutenus par leurs syndicats, les policiers veulent des solutions pour s’organiser.

Moins d’agents de sécurité, plus de policiers

“Selon le ministre de l’Intérieur, durant les JO, il faudra 38.000 forces de l’ordre par jour” assure le syndicaliste. Ce chiffre ne prend pas en compte les besoins supplémentaires lors des cérémonies d’ouverture, de clôture ou les moments particuliers comme la course du 100 mètres. “Les sociétés de sécurité privées ne répondent pas autant à l’appel qu’espéré. Les effectifs de police et gendarmerie vont être lourdement sollicités”.

C’est maintenant que cela s’organise

Yann Dupont

Secrétaire départemental d'Alliance Police Finistère

“C’est maintenant que cela s’organise” lâche le porte-parole du syndicat de police Alliance dans le Finistère. “Nous lançons un mouvement national. Jeudi 18 janvier sera une journée noire pour les agents du ministère de l’intérieur”.

À l’appel de son syndicat et du syndicat UNSA, devant les commissariats de Brest, Rennes, Saint-Brieuc, Lorient ou Vannes, les agents de police vont sortir et enfouir dans un cercueil leurs vœux de congés pour l’été 2024. Une action qui se déroulera à 11h15.

Les policiers qui resteront en Bretagne également concernés

Les Jeux Olympiques vont toucher tous les agents de police, qu’ils soient mobilisés sur Paris ou qu’ils restent dans leurs régions. La directive du ministère concernant la pose de congés n’est pas encore tombée, mais sur le terrain plus personne ne se fait d’illusion. “Nous ne poserons pas de vacances de mi-juillet à mi-août, et nous n’attendons plus rien comme accompagnement social” martèle David Leveau, policier à Rennes.

Nous sommes déjà à la recherche de solutions concrètes pour aider les policiers ayant des enfants à s’organiser durant l’été

David Leveau

Syndicat SGP Police

“Tous les policiers seront impactés” assure l’élu SGP Police FO de Bretagne. Si son syndicat ne participe pas à l’action de jeudi, le policier s’implique pour trouver des réponses pour ses collègues. “Nous ne pouvons pas compter sur l’administration. Nous sommes déjà à la recherche de solutions concrètes pour aider les policiers ayant des enfants à s’organiser durant l’été”.

Son syndicat multiplie les appels aux mairies, crèches ou centres aérés pour répondre aux besoins des forces de l’ordre ayant des enfants. "La sécurité se joue à Paris mais en local également. Les agents de police seront moins nombreux, donc encore plus sollicités. Ils doivent avoir l'esprit libre et ne pas s'inquiéter pour la garde de leurs enfants".

40% des policiers déployés sur Paris

Une vérité que confirme son collègue de Brest. “Dans le Finistère, 40% des effectifs seront déployés sur Paris, 60% resteront sur site” souligne Yann Dupont. Un impact non négligeable sur les effectifs des départements. Et selon les spécialités, la mobilisation sera encore plus importante.

“Les motocyclistes seront très sollicités, parfois à 100% selon les escadrons” rapporte le policier. Il s’interroge également sur la mise en sécurité des évènements importants de l’été dans son département. Les fêtes maritimes de Brest 2024 se déroulent à quelques jours de l’ouverture des Jeux. “Nous n’aurons aucun renfort. Nous devrons assurer avec nos effectifs présents, cela va être très compliqué”.

“C’est quelque chose de beau les Jeux. Pour avoir des volontaires, il faut que cela s’organise dans de bonnes conditions”. Avec cette opération nationale, ce "jeudi noir" devant les commissariats, les forces de l’ordre qu’ils soient commissaires, agents de la BAC ou de brigades anticriminalité, tous souhaitent une réponse rapide de leur ministre Gérald Darmanin.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité