Pays de Morlaix : le piège à frelons asiatiques primé au concours Lépine

L'apiculteur Denis Jaffré, avec son invention à la main / © Florence Malésieux - France 3 Bretagne
L'apiculteur Denis Jaffré, avec son invention à la main / © Florence Malésieux - France 3 Bretagne

Le concours Lépine, une belle consécration pour Denis Jaffré, apiculteur professionnel, qui a reçu ce lundi 7 mai, le fameux Grand Prix du concours Lépine. L'inventeur du Pays de Morlaix vient de mettre au point un piège à frelons asiatiques, qui semble d'une redoutable efficacité.

Par Krystell Veillard

Le piège semble redoutable, mais avant tout, c'est son caractère sélectif, préventif et écologique, qui fait tout son intérêt. Une invention, fruit de longues années de travail et d'observation, pour l'apiculteur du pays de Morlaix, Denis Jaffré.
 

Un piège sélectif

Il faut dire que l'homme tout juste de retour de Paris, mène depuis des années, un véritable combat contre ce prédateur coriace. Plus d'un tiers de ses ruches ont été décimées en 2016 par le frelon. Il est donc passé à la vitesse supérieure en mettant au point un piège très sélectif. Son piège, écologique, fonctionne sur le principe d'une nasse, à partir d'une première caisse, un appât de cire et de miel. Puis les frelons sont pris dans "une cage de capture", explique l'inventeur, dotée de deux dispositifs filtrants, qui permettent la sélection des insectes. Un dispositif qui permet de ne retenir que les frelons asiatiques et ainsi de ne pas capturer les insectes pollinisateurs, si précieux pour la biodiversité.
 
Frelon asiatique attiré par l'appât / © France 3 Bretagne
Frelon asiatique attiré par l'appât / © France 3 Bretagne


Des expérimentations multiples

Cet apiculteur n'en est pas à son premier coup d'essai. Depuis l'arrivée du nuisible dans le département, en 2011, il enchaîne les expérimentations et les tests de procédés différents : comme la destruction des nids secondaires, avec injection de dioxyde de soufre. Denis Jaffré privilégie la lutte préventive. Son nouveau piège primé permet la capture des reines au printemps, avant le tout début de la période de nidification. Pour lui, seule la lutte préventive peut permettre de limiter une lutte curative très coûteuse. Il rappelle ainsi que cette lutte contre les frelons coûte 45 millions d'euros chaque année en France. "Une lutte qui ne ralentit pas la prolifération et contamine durablement l'environnement, en détruisant les oiseaux, les hérissons, tout ce qui est susceptible de consommer les frelons traités"
 

Commercialisation en juillet prochain

Le brevet a été déposé au mois de février dernier et sa commercialisation est envisagée en juillet, avec une fabrication en série dans une entreprise locale. L'apiculteur, de la Miellerie du Pontic à Locmélar (29), prévoit de proposer le piège en priorité aux groupements d'apiculteurs et aux collectivités locales, pour un bon maillage de la lutte sur le territoire.
 

Le reportage à Locmélar (29) de Florence Malésieux et Gwenaëlle Bron

Le piège à frelons primé au Concours Lépine
Le reportage à Locmélar (29) de Florence Malésieux et Gwenaëlle Bron Interview : Denis Jaffré, apiculteur professionnel - images d'archives.


 

Sur le même sujet

Littoral, l'ikéjimé une révolution pour la pêche

Les + Lus