"Une à deux tonnes de légumes sauvées par semaine", FinisteRestes 29 lance son premier restaurant antigaspi

Entrée, plat, dessert à moins de 12 euros et une promesse : "vous péter le bide !" Manger sainement, frais, local et à un prix abordable, c'est le défi que se lance FinistéRestes 29, les pros de l'antigaspi, qui sauvent chaque jour des tonnes d'aliments bretons voués à la benne. Associés à un chef de Saint-Pol-de-Léon, ils ouvrent les portes de ce restaurant ce mercredi 18 octobre 2023.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Quand j’ai vu tous ces produits jetés, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose." Ce fut comme une évidence pour Yannick Uguen, le chef du restaurant Quai Ouest à Saint-Pol-de-Léon lorsqu’il visite les locaux de la coopérative FinistéRestes 29, ces professionnels de l’antigaspi sauvant des tonnes d’aliments bretons chaque semaine. "Ce n’était pas possible de jeter tout cela. Ces produits sont parfaitement consommables."

Il discute avec Karim Vincent Viry, fondateur de FinistéRestes 29, pour composer un menu à moins de douze euros, "défiant toute concurrence, avec des produits de qualités". Quelques mois plus tard, le premier menu "anti-gaspillage" voit le jour. Entrée, plat, dessert pour 11€99. "Les assiettes seront bien fournies, promet Karim. Quand vous sortirez de chez nous, vous aurez envie de faire la sieste !"

À lire : Lorient. Carton plein pour les paniers de la coopérative FinistéRestes

Avec ses 40 ans d’expérience derrière les fourneaux, le chef est confiant. "L’enjeu, c’est le volume de clients. Il faut que les clients soient sensibles à cette cause." Le restaurant ambitionne de faire 100 couverts chaque midi.

Le déclic des moules frites

Du côté de Karim Vincent Viry, l’idée a émergé l’été dernier. D’abord avec un constat : De moins en moins de gens sont capables de venir manger au restaurant, "faute de moyen". Il discute avec des amis restaurateurs qui ont fait une saison catastrophique, faute de client.

Le déclic vient pendant ses vacances à Toulon : il s’aperçoit que la plupart des restaurants proposent un plat unique : moules frites à 9€99. "Déjà, ce n’est pas le pays de la moule, mais surtout, il n’y a aucune valeur ajoutée", nous explique-t-il. Les restaurants sont pourtant pleins. "Il faut être populaire ! Proposer un repas où vous en avez plein le bide pour moins de 12 euros."

À Lire aussi : Lutte contre gaspillage. Finistérestes 29, une première bougie… et plein de projets

100% de produits frais et 100% bretons

Face à la plage, la vue du restaurant est belle. Le menu, lui, sera "sexy", déclare Karim. L’anti-gaspi c’est vendeur. Surtout quand c’est 100% de produits locaux et frais. "On devrait réussir à sauver une à deux tonnes de légumes chaque semaine. Mais pas seulement ! Il y aura du poisson de Lorient et la viande."

Il y croit et nous promet déjà de ne pas s’arrêter là. "On va faire une chaîne !"