VIDEO. "La culture d'algues est vraiment en harmonie avec la nature", c'est la saison pour les récolter

durée de la vidéo : 00h02mn08s
Un reportage de Quentin CEZARD et Stéphane SOVILLER ©France 3 Bretagne

Depuis quatre ans, Mickaël cultive du wakamé au large du Guilvinec. Ces algues brunes peuvent servir à terme dans la cuisine pour faire des tartares par exemple. En Bretagne, les algoculteurs comme lui sont moins d'une dizaine.

Pour Mickaël Gleeson, chaque jour de mer calme est décisif. "La culture d’algues démarre en octobre et la récolte début printemps. Les algues peuvent alors faire jusqu’à 2 mètres." À la sortie de l'eau les algues sont belles mais elles commencent tout juste à s'abîmer. Il était temps de récolter.

Mickaël cultive du Wakamé, des algues brunes pouvant servir à terme dans la cuisine pour faire des tartares par exemple. "Depuis 4 ans, je fais la récolte d’algues ici dans le Finistère sud au Guilvinec." Originaire de Nouvelle-Zélande, il est arrivé en France il y a 14 ans.

9 hectares de culture

Ce matin-là, il est avec son fils Loïc. Pour les vacances scolaires, ce dernier vient aider son père. "On arrive sur les concessions, explique Mickael. Elles font 9 hectares." Il accroche son bateau à une bouée. "Nous sommes sur un mouillage de 15 mètres de fond ancré sur un bloc d’une tonne et demie." Entre chaque bouée, de longs cordages de 100 mètres de long avec des cultures d'algues dessus.

"En Bretagne ce sont des algues brunes que nous cultivons." Ils ne sont pas beaucoup comme lui à être algoculteur. Il compte à haute voix : "Un, deux, trois... Nous sommes six, peut-être sept, en tout en Bretagne." Parmis les pionniers, Scarlette Le Corre, la toute première femme à embarquer à la pêche.

Exploitation du soleil et de la mer

"La culture d'algues, c'est juste une exploitation du soleil et de la mer. Nous sommes vraiment en harmonie avec la nature. Nous travaillons de manière respectueuse et durable."

Avec son fils, ils attrapent les wakamés, les coupent et les mettent dans des sacs de pomme de terre. Mickaël en attrape une à la volée et la mange : "Elles sont très tendres. C'est bon pour la santé ! Personnellement, je fais mon pain à la maison et je mets des paillettes d’algues dedans."

Les algues cueillies aujourd'hui vont être séchées par Mickael. Elles seront ensuite broyées pour en faire des paillettes. "Je les vends à des entreprises qui en font des produits alimentaires comme des tartares d’algues."

Les algues ont de nombreuses vertus. Excellentes pour la santé, certaines d'entre elles peuvent servir à faire des cosmétiques, des conservateurs ou encore servir en pharmacie.