[VIDÉO] Réouverture des plages : des abus dans le Finistère

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sarra ben Chérifa

Accès à une plage interdite et barrée à Telgruc-sur-mer ou non respect des règles sanitaires sur les plages autorisées à Locmaria-Plouzané, avec les beaux jours des dizaines de personnes ont bravé les interdits. Les maires sont montés au créneau et regrettent l'inconscience et le manque de civisme.

La plage à tout prix. Tous ensemble. C'est ce qu'ont pu constater les gendarmes de Brest quand ils sont arrivés sur les plages de Portez et Porsmilin sur la commune de Locmaria-Plouzané à quelques kilomètres de Brest (Finistère). Pas vraiment dynamique et sans distanciation physique.
"Le week-end dernier et mercredi ça a été la catastrophe, les deux plages ont été envahies" explique la maire, Viviane Godebert. 

 

On doit tous accepter les contraintes sinon on risque un nouveau confinement



Malgré son combat pour faire rouvrir ces plages, Viviane Godebert n'a pas hésité à solliciter le préfet pour les faire refermer en urgence. Et seuls les licenciés de l'école de surf et paddle de la plage de Pormilin pourront accéder à l'eau pour suivre leurs cours.

"Les plages sont fermées, barriérées, bouclées et surveillées par les gendarmes. En tant que maire, je suis garante de la sécurité et de la salubrité publique. L'enjeu sanitaire est crucial : tout le monde doit comprendre que c'est important que le virus arrête de se propager. C'est dommage d'en arriver là, mais on doit tous accepter les contraintes sinon on risque un nouveau confinement" s'alarme la maire.

 

 

 

La barrière d'interdiction d'accès jetée dans les fourrés



A Locmaria-Plouzané les plages resteront fermées jusqu'à la fin de l'état d'urgence sanitaire, c'est-à-dire jusqu'au 10 juillet. A Telgruc-sur-mer, en revanche, l'arrêté municipal prévoit une fermeture pour une "durée indéterminée en fonction de l'évolution de la crise sanitaire."

 


En presqu'île de Crozon, à Telgruc-sur-mer, la grande plage de Trez Bellec est autorisée mais pas les petites de Pors Lous et Trez Bihan. Cela n'a pourtant pas empêché quelques personnes de braver l'interdit et jeter les barrières dans les fourrés pour accéder au sentier étroit qui y mène. "C'est excessivement regrettable. Ca me désespère du comportement d'une minorité qui va pénaliser une majorité" lance le maire, Dominique Le Pennec, passablement agacé.

Au delà du manque de civisme, le maire sortant de Telgruc-sur-mer s'inquiète des conséquences de ces comportements sur la réouverture prochaine des commerces. "C'est la double peine pour les commerces qui vivent du littoral alors que la saison va bientôt commencer. On se bat pour la réouverture des plages et quelques personnes peuvent faire tout capoter."

Il n'a pas hésité à pousser son coup-de-gueule sur les réseaux sociaux, relayé par d'autres personnalités politiques.