• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Gilets jaunes : « on ne peut pas se résoudre à se dire que c’est une punition de vivre en campagne »

Loïg Chesnais-Girard / © DAMIEN MEYER AFP
Loïg Chesnais-Girard / © DAMIEN MEYER AFP

Le président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard s’est exprimé sur France 3 Bretagne sur les Gilets jaunes. Il a dit comprendre la colère, tout en condamnant les violences. La région doit « prendre sa part » dans les efforts pour la transition énergétique, a-t-il estimé.
 

Par Stéphane Grammont

Avec 300 000 foyers bretons vivant à plus de 3 kilomètres d’un arrêt de car, la Bretagne est forcément concernée par les inquiétudes des Gilets jaunes. C'est ce qu’a indiqué le président de la région sur le plateau du 19/20 sur France 3 Bretagne.

« Nous entendons les concitoyens qui nous interpellent, nous voyons les Gilets jaunes sur les pare-brises » a déclaré Loïg Chesnais-Girard, tout en condamnant les violences ainsi que les propos comme  "chemises brunes, peste brune", « inutiles dans la bouche d’un élu ».

La Région, qui est compétente en matière de transports, « doit accompagner la transition vers de nouveaux modèles. Nicolas Hulot a parlé d’un effort social à mettre en face de la transition énergétique, et tous les niveaux de collectivité doivent y prendre leur part, la région y compris » a expliqué Loïg Chesnais-Girard.

Écartant l’idée d’une aide au transport de 20 euros pour chaque salariés éloigné de son travail, à l’instar de ce que propose la région haut-de-France, « ce qui ne serait pas tenable », Loïg Chesnais-Girard va réunir la conférence sociale.

Cette instance regroupe les acteurs sociaux, les représentants du patronat, les syndicats agricoles, « et pourquoi pas des Gilets jaunes que nous pourrions entendre, pour voir comment construire des solutions locales, mais qui ne doivent pas exonérer l’état d’assumer ses responsabilités. »

Loïg Chesnais-Girard a évoqué le covoiturage, que la région se porte caution de certaines familles pour des prêts, et une discussion avec les employeurs pour envisager « des solutions au cas par cas ».
 
L'interview de Loïg Chesnais-Girard dans le 19/20
Interview: Valérie Chopin


 

Sur le même sujet

Le maire de Plérin

Les + Lus