Guerre en Ukraine , soutien des Bretons. "Pour nous, la guerre c'était dans les manuels d'histoire"

La guerre en Ukraine a commencé il y a presque une semaine et les combats se poursuivent. Les réfugiés sont toujours plus nombreux, un million de personnes a déjà quitté son logement, 677.000 ont même passé les frontières. Cette guerre émeut beaucoup de Bretons.

Près de 300 personnes sont rassemblées hier mercredi 2 mars 2022 sur le port de Vannes, en soutien à l’Ukraine. Des associations, la Maison de l’Europe, des anonymes, des élus, sont venus dénoncer l'invasion Russe. La Ville va lancer une collecte. Et dans la foule, des paroles recueillies.

La guerre ressurgit du passé, renforçons l'Europe

"Je ne croyais pas qu'on revivrait la guerre un jour en Europe. Je manifeste contre Poutine, c'est un tyran. Je soutiens les Ukrainiens et j'ai des amis Polonais, eux aussi ont peur " explique cet homme au cheveux blancs. Plus loin dans la foule, deux jeunes filles et ce commentaire : "Pour nous, la guerre c'était dans les manuels d'histoire, ça faisait partie du passé. Aujourd'hui, ça peut arriver jusque chez nous, c'est impressionnant!"

Là c'est une ancienne professeure d'histoire-géographie qui s'exprime : "Je ne pensais pas que Poutine irait si loin. Il  faut se mobiliser mais je trouve qu'en Europe, ça bouge enfin, on se réveille et nous sommes en train de devenir une Europe politique pour soutenir les ukrainiens."

David Robo, Maire de Vannes, a tenu à être présent dans la manifestation. Pour lui, chaque ville française doit jouer son rôle dans l'accueil des réfugiés, il faut s'y préparer car ils seront nombreux et cela va durer.

Il y a beaucoup de bonnes volontés chez mes concitoyens pour accueillir des réfugiés. On va voir aussi du côté des offices HLM et des bailleurs sociaux. Sans oublier d'abord les collectes de dons.

David Robo, maire de Vannes

A Rennes, Le parti politique et le Mouvement de la Paix appelaient également la population à se mobiliser de manière pacifiste place de la République, pour « plus que jamais, dire stop à la guerre en Ukraine ». Pour le PCF, seules les « voies politiques et diplomatiques peuvent conduire à la nécessaire désescalade ».

Recensement des hébergements d'urgence

Autre marque de solidarité bretonne envers l'Ukraine, le drapeau du pays  flotte désormais sur les frontons de plusieurs mairies de la région. C'est le cas notamment à Rennes, Landerneau, Vannes, Saint-Malo, Hennebont ou Saint-Brieuc. La Préfecture de Bretagne recense, par le biais des mairies, les adresses et coordonnées des particuliers qui peuvent héberger des déplacés ukrainiens. 

Le collectif Solidarité Bretagne Ukraine recueille aussi les propositions d'hébergement solidaire à l'adresse suivante : solidarite-bretagne-ukraine@hotmail.com.