Économie sociale et solidaire. Pourquoi la Bretagne championne de France

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.B. avec Colombine Denis

En Bretagne, 164 000 personnes travaillent dans une entreprise de l’économie sociale et solidaire, c’est 13,8% des salariés. Cela place la Bretagne à la première place en France pour la part de cette autre économie dans l’emploi local.

Le froid arrive… cela tombe bien… ce joli masque de ski rose se mariera parfaitement avec la combinaison du même ton. Depuis un an, à l'Equipière, Estel Rubeillon, coordinatrice et fondatrice de l'association propose du matériel de sport, des ballons, des maillots de foot ou de bain, des chaussures de randonnée, des raquettes de tennis… etc etc… 

Depuis janvier 2021, l’Équipière a collecté plus  de 8 tonnes d’articles de sport. Tous ont été collectés auprès d’enseignes spécialisées ou de fédérations. Ils ont été triés, nettoyés et sont vendus à petits prix pour être accessibles à tous. 

Estel Rubeillon rêvait d’un modèle qui marie ses valeurs, la lutte contre le gaspillage, (en France, chaque année, près de 110 000 tonnes d’articles de sports et de loisirs sont jetés) avec le réemploi et la solidarité (la boutique est ouverte à tous, personnes en situation de précarité, de handicap).

Elle a trouvé ce qu’elle cherchait dans l’économie sociale et solidaire. "L’Équipière, ce n’est pas juste un endroit où on vend, il y a des bénévoles qui viennent donner de leur temps et qui permettent aux gens de partir sur les chemins, de faire du skate ou du vélo… "

Urgences climatiques, sociales



"Pour un monde plus durable et plus équitable, les porteurs de projet de cette économie veulent défendre un autre monde. Ils sont conscients des urgences climatiques et sociales ", constate Assia Aïch, directrice du TAg35. 

Le TAg est un incubateur. Un facilitateur de ces projets. Il accueille depuis le mois de septembre sa sixième promotion. Chaque année, des dizaines de projets d’entrepreneuriat sont sélectionnés pour être accompagnés par TAg35. 

C’est là qu’Arnaud Michel, co-fondateur du Hub éthique a monté son projet de transport et logistique pour des producteurs et des artisans transformateurs qui travaillent en bio. "J’ai connu des entreprises dont les méthodes de ressources humaines n’étaient pas toujours merveilleuses, je souhaitais autre chose", confie-t-il.

Ses camionnettes électriques et ses vélos permettent aux agriculteurs de gagner du temps et de se concentrer sur leurs productions. Arnaud Michel envisage maintenant de récupérer les invendus des magasins dans lesquels ils livrent pour les mettre à disposition des associations d’aide alimentaire. 

Dans les locaux de Tag, on calme parfois les ardeurs, parfois au contraire, on incite à accélérer. On aide, on épaule, on donne confiance, on met en réseau. "Un véritable plus avant de se lancer."  

TAg35. Un incubateur pour aider les projets à prendre vie

Aujourd’hui c’est au tour de Eva Muratore. Elle est en pleine réflexion. Elle veut créer un lieu de restauration dans le Blosne à Rennes où l’on pourra déguster une nourriture saine à des prix abordables. Les tarifs seront fixés en fonction des revenus des consommateurs.

Des projets qui ont du sens, qui font du bien aux hommes et à la planète. L’économie sociale et solidaire a le vent en poupe en Bretagne.

En 5 ans, les TAg bretons ont aidé 137 projets à voir le jour et donné naissance à une centaine d’emplois. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité