Emploi : les ostréiculteurs de Cancale peinent à recruter des saisonniers avant le rush de fin d'année

Publié le

À quelques jours des fêtes de fin d'année, les ostréiculteurs sont en plein sprint. Les huîtres sont depuis longtemps prisées pour Noël, il faut en produire beaucoup pour satisfaire l'appétit de tous. Mais les producteurs sont confrontés à un nouveau problème : le manque de main d'œuvre.

Comme tous les ans, la fameuse douzaine d'huîtres sera présente sur de nombreuses tables pour Noël. C'est le moment à ne pas rater pour tous les producteurs de France. Mais cette année, Stéphan Alleaume, ostréiculteur à Cancale, a eu quelques difficultés à recruter des saisonniers : "On a publié des annonces comme tous les ans mais il y a deux semaines, personne ne s'était encore présenté", déplore le co-gérant des parcs Saint-Kerber.

"Il y a deux semaines, personne ne s'était encore présenté"

Une situation inédite, et inquiétante, dans cette exploitation, même si ces derniers jours, les candidats ont fini par arriver près des chaînes de tri de l'entreprise : "On a vraiment eu très peur mais depuis le début de la semaine dernière, la situation s'est un peu décantée. Il ne nous reste plus qu'un poste ou deux à remplir, mais tout devrait être bon avec le début des vacances pour les étudiants, à la fin de la semaine", relativise Stéphan Alleaume.


Le plus préoccupant finalement, ce ne sont pas les saisonniers, mais les huîtres. La récolte n'est pas très bonne cette année, en quantité comme en qualité : "À cause des conditions climatiques de cette année, les huîtres ont eu moins de nourriture dans l'eau et on a moins de tonnage que prévu. Nos huîtres seront plus petites et on vendra moins de catégories 2, 1 et 0", constate l'ostréiculteur cancalais, qui exporte ses huîtres un peu partout dans le monde.


Dans les plus petites exploitations, les problèmes ne sont pas les mêmes. Face au manque de main d'œuvre et à la faible production de cette année, Laurence Querrien et ses collègues des Huîtres de Cancale Querrien ont tout simplement décidé de recruter moins de saisonniers : "On a 5 intérimaires en moins par rapport à l'année dernière mais ce n'est pas si grave pour notre exploitation. Nous allons juste vendre moins d'huîtres dans les supermarchés pour privilégier les marchés et les particuliers", confie celle, dont l'exploitation se concentre sur le local et le circuit court.

Une mauvaise année pour l'huître

L'ostréicultrice n'a donc pas opté pour la même solution que Stéphan Alleaume, mais elle a constaté les mêmes problèmes : "Généralement les saisonniers qui travaillent dans les restaurants à Cancale l'été, viennent travailler dans les parcs ostréicoles l'hiver. Mais cette année, il n'y avait pas grand monde même cet été. C'est sans doute lié au covid et aux périodes de confinement, mais je ne peux pas vraiment vous expliquer pourquoi", conclut-elle.