Fougères. Les vendeurs de CBD, le cannabis légal, sur leur petit nuage

En six mois, la franchise « Green Care », créée par deux Fougerais, a ouvert une trentaine de boutiques spécialisées dans le cannabidiol (CBD), la molécule non psychotrope du cannabis. Un business en plein essor qui laisse des centaines d’entrepreneurs sur leur petit nuage.

Le marché du cannabidiol (CBD) est en plein développement en France, depuis son autorisation en novembre 2020.
Le marché du cannabidiol (CBD) est en plein développement en France, depuis son autorisation en novembre 2020. © Laura Roudaut

"On revient à des choix plus naturels dans nos vies. Le cannabidiol (CBD) est la solution face aux médicaments que l’on prend tous les jours". Marie-Louise Remanda est vendeuse dans un "CBD shop", à Betton (Ille-et-Vilaine). Elle y vend des produits de bien-être, à base de CBD, la molécule qui provient de la fleur de chanvre : le cannabis légal. 

Depuis le 19 novembre dernier, la commercialisation du CBD est autorisée en France. Cette molécule du cannabis, contrairement au THC, n’est ni addictive, ni psychotrope. "Il ne faut pas le confondre avec le joint de beuh !", tient à préciser la vendeuse. Selon les autorités françaises, le CBD est légal dès lors que son niveau de THC ne dépasse pas 0,2 %.

"Le CBD est connu pour ses bienfaits antidouleurs, anti-inflammatoires", rapporte Marie-Louise, "cela vient réduire le stress, les maux de dos ou les effets dus à de maladies graves telles que la sclérose en plaque ou la chimiothérapie". En 2017, l'Organisation Mondiale de la Santé a conclu dans un rapport, "qu'à l’état pur, le cannabidiol (CBD) ne semble pas présenter de potentiel d’abus, ni être nocif pour la santé".

Un business florissant 

Dans ce magasin ouvert le 24 février dernier, les produits cosmétiques, les huiles et les cookies aux chanvres sont tous ou presque "made in France". La plante de cannabis vient cependant de Suisse.

"Le CBD fait du bien et l’on considère que c’est un produit de bien-être, pour améliorer le quotidien", indique Cyprien Mébarqui, co-fondateur de la filiale Green-Care, une franchise de magasins de vente de CBD. "Ça reste un produit à prendre ponctuellement. Il ne faut pas en consommer si on n’en a pas besoin. Ce n’est pas comme une cure", ajoute-t-il.

J’ai du mal à m’endormir alors une petite tisane, un carré de chocolat et hop ! Je suis détendue, ça me calme... Je n'aimais pas prendre des médicaments chimiques.

Une cliente

"Et si je me fais arrêter par les gendarmes, que se passe-t-il ?", demande un client qui se rend pour la première fois en boutique. "Aucun risque ! Que ce soit en test salivaire ou sanguin", la rassure la vendeuse de la boutique Green Care de Betton, en lui imprimant un reçu en cas de contrôle policier. 

J’ai une hernie discale. Je me soigne avec de la morphine mais j'ai envie d’arrêter car j’ai du mal à dormir. On m’a conseillé d’essayer le CBD.

Un client

En août dernier, Cyprien et Marin ont ouvert le premier magasin "Green Care" à Fougères (Ille-et-Vilaine).

Depuis, une trentaine de boutiques franchisées ont vu le jour un peu partout en France. Pour Benjamin Durand, responsable du nouveau magasin « Green Care » à Betton, "il y a vraiment beaucoup de monde dans ce secteur-là. Il existe d’autres franchises alors il a fallu aller très vite."

Selon cet entrepreneur, le plus difficile a été de trouver un local du fait de la concurrence. A l’avenir, il souhaite ouvrir une vingtaine de boutiques comme celle-ci, et pense déjà à installer un salon de thé de CBD, lorsque les règles sanitaires le permettront.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie