300 sympathisants pour soutenir Nathalie Arthaud à Rennes

Nathalie Arthaud devant près de 300 sympathisants lors du meeting à Rennes ce jeudis 23 mars. / © Damien Meyer/AFP
Nathalie Arthaud devant près de 300 sympathisants lors du meeting à Rennes ce jeudis 23 mars. / © Damien Meyer/AFP

Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle était en visite à Rennes ce jeudi 23 mars. Elle était l'invitée du 19/20 Bretagne sur notre antenne, avant de rejoindre le centre social où l’attendaient près de 300 sympathisants.

Par Eric Nedjar

Près de 300 sympathisants étaient réunis ce jeudi soir pour participer à l’unique meeting en Bretagne de Nathalie Arthaud, candidate Lutte Ouvrière à l’élection présidentielle. Elle était également l’invitée du journal télévisé de France 3 Bretagne où elle a pu réagir aux derniers évènements survenus en France et à Londres et fustiger une nouvelle fois le grand patronat.

Le  ralliement de Jean-Yves Le Drian à Emmanuel Macron

"Il n’y a là absolument rien d’étonnant. La politique de Hollande a ressemblé comme deux gouttes d’eau à celle de Sarkozy, les ministres de l’un auraient pu être ministres de l’autre. Là, on a Macron qui veut faire la synthèse des deux, c’est logique qu’il pioche un petit peu des deux côtés."

Attentat de Londres et terrorisme

"Evidement il faut combattre le terrorisme, mais il faut combattre aussi tout ce qui peut l’alimenter. Quand on instrumentalise le moindre acte, quand on en profite pour faire des amalgames, pour tout confondre, les terroristes, les immigrés, les musulmans, quand on en profite pour renforcer le chaos qu’il y a au Moyen-Orient au travers de ces guerres, et bien je crois qu’on fait le contraire de ce qu’il faudrait faire."

Nathalie Arthaud (LO) en campagne à Rennes le 23 mars 2017 / © Damien Meyer/AFP
Nathalie Arthaud (LO) en campagne à Rennes le 23 mars 2017 / © Damien Meyer/AFP

La campagne de Lutte Ouvrière

"Moi, je veux faire entendre le camps des travailleurs, la voix des ouvriers, des salariés et des chômeurs. Les travailleurs ont un programme : interdire les licenciements, répartir le travail et augmenter les salaires. Pour nous 1800 € c’est le minimum. On pourrait même, on devrait, contrôler l’argent qu’il y a dans les grands groupes parce qu’en réalité ils sont richissimes. Cet argent doit revenir aux ouvriers."

Nathalie Arthaud invitée du Journal télévisé de France 3 Bretagne

 

Sur le même sujet

Pauline Kerscaven sur le plateau de Bali Breizh

Les + Lus