Alerte canicule. Des maraudes supplémentaires pour soutenir les sans-abris

Publié le

Alors que les 4 départements bretons sont placés en vigilance rouge à partir de ce lundi midi, la Croix-Rouge réalise des maraudes supplémentaires en journée pour apporter de l'eau et orienter les hommes et les femmes à la rue vers les îlots de fraîcheur.

Assis en plein soleil, juste à côté de l'entrée d'un supermarché du centre-ville de Rennes, David et un  compagnon d'infortune attendent. Ils "ne font pas la manche" mais se voient parfois offrir quelques bouteilles ou de la nourriture par les clients du magasin. "Je salue les gens, mais parfois ça ne suffit pas donc je suis obligé de demander un brin de monnaie." Cela fait cinq ans que David vit dans les rues de Rennes.

A 13h, il fait 35°C. A la fermeture du commerce, les deux hommes gagnent le parc juste en face pour se mettre au frais. "Quand il fait chaud, c'est difficile. Alors je viens ici ou près de l'église un peu plus loin."

Pour trouver de l'eau, il rejoint la maraude que la Croix-Rouge organise près de la place de Bretagne tous les soirs à 20h.

Une maraude canicule demandée par la Préfecture

Mais aujourd'hui, cinq bénévoles de l'association viennent à lui dès ce début d'après-midi. Ils lui tendent une bouteille d'eau, lui proposent un jet de brumisateur et une carte pour trouver des îlots de fraicheur.

"Le préfet nous a sollicité pour réaliser des maraudes canicules en complément de celles que nous réalisons déjà en soirée toute la semaine, indique Cléo Duperray, bénévole de la Croix-Rouge. Là on apporte juste des bouteilles d'eau et un peu à manger. On est là pour faire du soutien, de la prévention et pour alerter si on constate des malaises.

Cléo participera également à la maraude nocturne de ce dimanche soir. Car en plein cœur de l'été, difficile de trouver des bénévoles pour assurer toutes les missions de la Croix-Rouge. 

Rennes est une ville étudiante, et pendant les vacances, les étudiants s'en vont alors qu'ils constituent une bonne partie de nos effectifs.

Cléo Duperray, bénévole à la Croix-Rouge

Moins de bénévoles à Rennes mais des personnes sans-abris de plus en plus nombreuses. "On en croise au moins une cinquantaine à chaque maraude, dénombre Cléo. Rennes est une ville ouverte, elle attire les gens l'été. Il y a aussi la fin de la trêve hivernale. On constate une augmentation du nombre de familles à la rue. C'est un peu compliqué à gérer pour nous."

En temps normal, la maraude nocturne est réalisée par deux équipes de bénévoles à bord de deux camion, contre une seule actuellement ."Au mois d'août, ça risque d'être encore plus difficile avec la fermeture annuelle de certaines structures d'aide comme le Fourneau, s'inquiète Cléo. On sera les seuls sur le terrain en première ligne.

La Croix-Rouge cherche actuellement de nouveaux bénévoles pour assurer l'ensemble des maraudes.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité