Féminicides. Un guide pour aider les familles de victimes. Une première en Europe

Un guide pour accompagner les familles de victimes de féminicides pourra être mis à disposition des personnes concernées. Un dispositif lancé par la préfecture de Bretagne ce 23 novembre. Cet outil, imaginé par la Fédération Nationale des Victimes de Féminicides, permettra de soutenir les familles en leur expliquant les étapes à suivre dans cette épreuve.

C'est une première en France et en Europe. Un guide pratique pour aider les familles de victimes de féminicides va voir le jour. Ce guide, à vocation nationale, sera le premier outil institutionnel à orienter et épauler les familles endeuillées après un tel drame. Il s'agira d'une sorte de mode d'emploi sur les questions juridiques, et constituera un appui psychologique indispensable à leur reconstruction.

Cela fait deux ans que la Fédération Nationale des Victimes de Féminicides (FNVF) travaille sur le projet. "L'objectif est de vulgariser toutes les démarches des familles après le décès de leur proche", déclare Sylvaine Grévin, présidente de la Fédération. "L'idée était d'apporter un outil adapté, compréhensible pour tout le monde, et accessible rapidement". Le guide de 32 pages est composé de nombreuses illustrations et images "très parlantes", réalisées en collaboration avec une agence de communication rennaise.

"On n'est pas préparé à ça. On se retrouve du jour au lendemain complètement démuni par ce qui nous arrive, et on fait face à une extrême violence institutionnelle qui ne nous met au courant de rien", se lamente Sylvaine Grévin. La présidente et fondatrice de la FNVF a elle-même été confrontée à cette tragédie il y a cinq ans. "Quand j'ai perdu ma sœur en 2017, je me suis retrouvée perdue. Où trouver un avocat pénaliste ? Qu’est-ce qu’un procureur, une enquête préliminaire, une cour d’assises ? Le guide permettra de répondre à ces questions auxquelles les familles font face", explique-t-elle. Sylvaine Grévin milite également pour que les enfants orphelins de mère puissent bénéficier du statut de pupilles de la nation.

Lire aussi : Féminicide. Un statut de pupilles de la nation pour les enfants de victimes ?

Trois ans s'écoulent entre le féminicide et le procès en moyenne

Depuis sa création en 2020, la FNVF a "malheureusement" accompagné 88 familles de victimes de féminicides, dont trois en Ille-et-Vilaine en 2022. "À force d'écouter, d'analyser les besoins de toutes ces personnes, on se rend compte qu'elles ont beaucoup d'interrogations sur la procédure juridique qui va s'enclencher." Trois ans s'écoulent en moyenne entre le féminicide et la date du procès. Cet outil va "changer le quotidien des familles de victimes", assure la présidente de la FNVF.

Sylvaine Grévin a soutenu de nombreuses familles lors des procès "pour les soutenir psychologiquement" et leur expliquer ce qu'il se passe. "On se substitue à l’Etat car il n’y a personne", soupire-t-elle. "Quand il y a des enfants, c’est pareil. Il y a beaucoup de questions concernant la garde des enfants, comment on s’adresse à eux", détaille la présidente.

Lire aussi : Féminicide. "L'Etat est redevable vis-à-vis des enfants". La lettre ouverte de la FNVF à Emmanuel Macron

Diffusion à vocation nationale

Dès lors qu'il sera inauguré par la préfecture de Bretagne le 23 novembre, le guide sera remis à l'ensemble des forces d'ordre et des institutions, qui elles, seront chargées de le remettre directement aux familles dans le besoin. "Les ministères de l'Intérieur et de la Justice sont très intéressés par ce guide", révèle Sylvaine Grévin. Pour le moment, le guide, en phase test, sera uniquement disponible en Bretagne. Mais d'ici quelque temps, "tous les services de l’Etat vont prendre connaissance du guide et pourront le diffuser à l'ensemble des institutions du pays dès lors qu’il y aura, malheureusement, de nouvelles familles impactées", développe-t-elle.

Dans le même temps, une exposition organisée par la FNVF aura lieu sur les deux sites des préfectures de la région. 27 portraits de femmes victimes de violences conjugales seront affichés du 17 novembre au 8 décembre. Intitulée "Stop aux Vifs" (violences intrafamiliales), cette exposition retrace les traumatismes de ces femmes sous l'œil de la photographe Delphine Herrou, ancienne victime de violences conjugales. La Fédération a également pour projet de lancer une chaîne YouTube et d'y publier une vidéo explicative sur le guide le jour de son inauguration, le 23 novembre.

La FNVF a recensé 92 féminicides intimes (commis par un époux ou un compagnon, actuel ou ancien) depuis le début de l'année 2023, dont trois en Bretagne.