"Le handicap n'est pas une question pour nos élèves", quand partager une journée sportive permet de mieux accepter la différence

durée de la vidéo : 00h02mn34s
Alors que des jeunes du centre médico-éducatif de la Bretèche en Ille-et-Vilaine ont l'habitude de partager des activités dans une école publique tout au long de l'année, cette fois-ci, ce sont les enfants valides qui sont accueillis pour une journée sportive. ©G. Le Morvan - C. Rousseau - FTV

Ce jeudi 30 mai se déroulait la deuxième édition du cross des écoles sur le site de La Bretèche, un établissement spécialisé pour des enfants en situation de handicap, à Saint-Symphorien en Ille-et-Vilaine. Alors que des jeunes de cet établissement ont l'habitude de partager des activités dans une école publique tout au long de l'année, cette fois-ci, ce sont les enfants 'valides' qui sont accueillis dans le centre médico-éducatif. Une inclusion inversée en quelque sorte.

Ils étaient plus d’une centaine sur la ligne de départ. Avec l’idée, non pas de gagner, mais de se rassembler et de partager un moment ensemble.

Sur le bord du parcours de ce cross des écoles, des élèves de primaire de l'école Lucie Aubrac de Saint-Domineuc. Criant des encouragements, ils tendent la main en direction des jeunes de l'Institut médico-educatif (IME) de la Bretèche, qui courent devant eux. Ces derniers ne manquent pas de leur taper dans la main en passant. Un moment d'échange symbolique, représentatif de cette journée d'inclusion inversée.

"On est là pour se réunir tous ensemble avec nos différences. Certains enfants ont des problèmes mentaux. Ici, on voit comment ils ont des difficultés. On sait pourquoi ils ont du retard 'mentaux' et comme ça on court tous ensemble" explique le jeune Adel.

Une journée attendue pour les élèves de l'école Lucie Aubrac. C'est la deuxième année qu'un tel cross est organisé entre l'ME et cette école.

Quatre ans de collaboration

Une collaboration qui n'est pas le fruit du hasard. L'IME de la Bretèche accueille tout au long de l'année des enfants atteints de déficience intellectuelle et de troubles du spectre autistique. Mais depuis 4 ans, une unité d’enseignement accueillant une dizaine d'élèves en situation de handicap, âgés de 6 à 11 ans, est implantée au sein même de l’école primaire publique de Saint-Domineuc. Certains élèves se côtoient donc toute l’année. Ils partagent repas, récrés et certaines activités.

Cette journée de rencontre sportive prend donc l'aspect en quelque sorte d'une inclusion inversée, les élèves de l'école primaire étant invités sur le site de la Bretèche. "Ça permet aux enfants, dit ordinaires, d'être aussi confrontés au handicap dans le lieu de vie de l'IME et de se rendre compte qu'au bout du compte, handicap ou pas, on est tous là pour passer une très bonne journée" explique Yann Philippe, enseignant spécialisé à l'unité externalisée de l'école Lucie Aubrac. Il ajoute que l'intérêt est également "de changer l'image du handicap qui peut rester encore un peu fermée chez certains enfants 'ordinaires' ".

À LIRE AUSSI : VIDÉO. Aveugle et bientôt agricultrice, le fabuleux destin d’Anaïs : "je veux montrer que malgré mon handicap, c'est possible"

Un vivre ensemble

Un objectif que Valérie Leduc-Brel, éducatrice à l'IME considère comme atteint : "quand je vois les jeunes de l'IME encourager les jeunes de l'école et inversement, je trouve que c'est une journée où on est tous ensemble, qu'il n'y a pas de différences et vraiment que l'on fait corps".

À LIRE AUSSI : Un food-truck inclusif au Gault et Millau : une façon de changer notre regard sur le handicap

Une fête de fin d’année axée autour du sport. L’activité par excellence, pour estomper les différences. Mathis, jeune de l'IME qui vient de marquer un but dans le tournoi de foot de cette journée, se réjouit de ces rencontres d'un jour : "C'est bien quand tout le monde est mélangé, ça permet de nous amuser et de connaître d'autres gens".

(Avec Gilles Le Morvan)

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bretagne
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité