Le REC volley : "On va remettre le volley rennais en pro rapidement"

Après la disparition du Rennes Volley 35, ancien pensionnaire de Ligue A, pour raisons financières, c'est le Rennes étudiants club, club historique, le REC qui reprend le relais. L'équipe qui évolue en Elite (troisième division) compte bien grimper très vite et retrouver le haut niveau. 

Le REC volley à l'entraînement, avec travail sur la défense
Le REC volley à l'entraînement, avec travail sur la défense © E. Colin - France Télévisions
3 - 2. Le REC volley attaque la saison avec une victoire face à Amiens le week-end dernier. Six mois que les joueurs n'avaient pas pratiqué. 2020 a été une année difficile pour le volley rennais. Il y a d'abord eu le coronavirus, puis la faillite du Rennes Volley 35, lequel avait pourtant atteint des sommets en Ligue A.


Retrouver le haut niveau 


Le REC, le club amateur a décidé de se retrousser les manches, vers la conquête du haut niveau. Il repart avec deux équipes en Elite (troisième division), une masculine et une féminine. Des anciens du Rennes Volley 35 ont décidé de s'investir. Parmi eux,  Quentin Marion, entraîneur adjoint l'an passé. Il devient le coach de ce groupe. "C'est un concours de circonstances qui fait que j'arrive à la tête de cette équipe. C'est une belle opportunité, avec une belle ambition", confie-t-il. Au mois d'août, il monte son effectif, mise sur le recrutement.
 
Le capitaine Philippe Tuitoga et Quentin Marion le coach du REC volley
Le capitaine Philippe Tuitoga et Quentin Marion le coach du REC volley © E. Colin - France Télévisions

Cinq professionnels côtoient des jeunes du centre de formation, "une équipe jeune". Dans son sillage, il est rejoint par Philippe Tuitoga, lui aussi ancien du Rennes Volley 35. Les deux hommes se connaissent bien, se font confiance. "C'est un joueur essentiel de l'effectif, sur ou en dehors du terrain. Il a déjà une grande expérience, il était aux portes de l'équipe de France. Je suis content d'avoir réussi à le convaincre" souligne-t-il. "On arrive à se parler, franchement, pour le bien-être de l'équipe."
 

On est capable de battre tout le monde dans ce championnat. On est aussi capable de perdre si on arrive un peu trop confiant, si on se la joue facile, si on se croit arriver avant le match. Il va falloir être sérieux et appliqué tout le temps. 

Quentin Marion, entraîneur du REC volley



Philippe Tuitoga se dit satisfait de prendre ces responsabilités, lui qui pour la première fois est "le vieux" dans le groupe. Il compte effectivement apporter son expérience de central. Les nouvelles recrues y croient, comme le Nantais Antonin Roulleau. "Cela s'est fait naturellement, je connaissais le coach. J'ai fait ma formation pendant trois ans à Rennes. Je n'avais jamais fait de montée, en étant joueur titulaire, majeur pour ensuite évoluer dans la catégorie supérieure. C'est ça qui est intéressant, le challenge. Il y a un club à reconstruire." 

Quentin Marion veut travailler un "volley technique", avec "une culture du jeu particulière au jeu français", ce qu'il aime particulièrement. Combattivité, défense, soutien et technique sont les maîtres mots. "On n'a pas forcément des joueurs très physiques comme les Russes ou les Polonais."

Le REC vise la Ligue B cette année. Quentin Marion se montre lucide. Il faudra deux à trois ans ensuite pour monter en Ligue A. Il faudra surtout ne pas répéter les mêmes erreurs que dans le passé, pour structurer le club et lui assurer ainsi sa pérennité. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
volley-ball sport