Rennes. L’arvor est parti, vive la Maison du cinéma

Alors que les salles obscures retrouvent la lumière ce mercredi 19 mai, zoom sur la future Maison du cinéma de Rennes.  Un collectif va donner une seconde vie au bâtiment de la rue d’Antrain, siège historique du cinéma d’art et d'essai L’Arvor, parti dans le quartier de la gare.

Rue d'Antrain à Rennes, le cinéma Arvor cède la place à la Maison du cinéma
Rue d'Antrain à Rennes, le cinéma Arvor cède la place à la Maison du cinéma © @Benoît Le Vaillant

A Rennes, tous les cinéphiles connaissent ce lieu myhtique de la rue d’Antrain, siège de L’Arvor de 1983… à 2021. L’ancien cinéma d'art et essai aux allures de temple grec, clin d’œil à l’âge d’or d’Hollywood, restera dans le paysage culturel. 
Onze associations rennaises liées au 7e art se sont regroupées dans un collectif et vont investir les anciens locaux de l’Arvor. Sous un nom provisoire : la Maison du cinéma et de l’audiovisuel.
 


Deux salles, deux ambiances

Tout n’est pas encore bien défini. La salle du haut sera une salle de projection, la salle du bas accueillera des ateliers, des rencontres, peut-être aussi un bar associatif. "On doit finaliser le projet mais l’idée est d’en faire un endroit convivial où l’on pourra échanger autour du cinéma, confie Lubna Beautemps, chargée de développement aux « Comptoirs du doc », une des associations membres du collectif. Dans la salle du bas, on proposera aussi sûrement des résidences de créations, des expositions, des soirées avec des avant-premières, des rencontres avec les artistes".

Le site pourra aussi devenir le lieu d’accueil de festivals.

On a hâte d’avoir ce lieu là, on va pouvoir travailler en coopération, trouver de nouvelles programmations, croiser les publics.

 Lubna Beautemps, , chargée de développement et de la valorisation aux « Comptoirs du doc ».


Un coordinateur, pour ne pas marcher sur les pieds

Le petit monde du cinéma rennais est en effervescence avec ce projet. La plupart des membres des associations se connaissent. Chacun va garder ses locaux, éparpillés dans la métropole, et se retrouvera à la Maison du cinéma pour des événements spécifiques. "On va embaucher une personne pour coordonner les actions des différentes associations, pour qu’on ne se marche pas sur les pieds", précise Lubna Beautemps.

"Ce n’est pas un pari facile car les structures sont très différentes les unes des autres, ajoute Cyrielle Dozières de Court-Métrange. Clair Obscur par exemple est une association de taille et historique, d'autres sont beaucoup plus petites et plus récentes. Nous devons donc composer avec ces différences forces mais c’est aussi un atout que nous revendiquons et cela rejoint notre volonté de faire ensemble et de mutualiser au sein d’un même lieu."

La directrice du festival Court Métrange insiste également sur la dimension de relève que doit assurer la Maison du Cinéma.

Le bâtiment actuellement occupé par L’Arvor est un lieu historique auquel les Rennais sont très attachés. (…) Nous aimerions que les Rennais se reconnaissent dans ce qui va être proposé, que cette Maison du cinéma soit un lieu ressource et que les habitants puissent participer à la vie de ce lieu.

Cyrielle Dozière, directrice du festival Court Métrange

 

 

450 000 € de travaux

La Maison du cinéma devrait ouvrir ses portes au public au plus tôt à l’automne 2022. Entretemps, beaucoup de travaux sont à réaliser. La Ville, propriétaire des murs, s’est engagée à remettre le lieu aux normes. Il faut notamment faire des travaux dans l’appartement du 3e étage, mais aussi désamianter le toit, régler des problèmes d’évacuation des eaux.
Coût total de l’opération : au moins 450000 euros. Le début des travaux est espéré pour le deuxième semestre 2021.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture