Rennes. Le Joker acquitté à l'issue d'un procès... fictif

Lors d’un procès bien sûr imaginaire mais très réaliste, des étudiants en droit de l'associaton "S'Eveiller" ont jugé le Joker, personnage célèbre et farfelu de Batman, pour avoir tué six personnes. La cour l’a reconnu non responsable pénalement de ses actes et l’a acquitté.

Le procès de Joker
Le procès de Joker © Association s'éveiller

Le Joker est un méchant. Ce personnage de bande dessinée, ou plutôt de comic book aux Etats-Unis, est le pire ennemi de Batman. Au fil du temps, il est devenu un personnage emblématique de la culture populaire. Notamment avec le succès interplanétaire de Batman au cinéma.
L’association rennaise « s’Eveiller », qui organise chaque année le procès fictif d’une star du petit ou du gand écran, a choisi ce personnage loufoque pour cette édition 2021. «On avait aussi pensé à James Bond ou au Pirate des Caraïbes, raconte Benjamin Provost, qui joue le rôle d’un avocat du Joker. On a voté, et c’est donc le Joker qui a été choisi ».

Un exercice et un jeu

L’idée de ces procès fictifs, c’est de faire connaître le monde de la Justice mais aussi de s’amuser avec le droit, lui donner un petit côté ludique.
Chaque rôle est respecté : le président du jury et ses assesseurs, les avocats généraux, les avocats de la Défense, l’accusé, les témoins. Cette année, confinement oblige, il n’y avait pas de public dans la salle d'audience (le Magic Mirror du MeM), et les jurés ont donc dû suivre le procès à distance. En effet, c'est bien le public qui joue le rôle de juré et vote à la fin de l'audience pour la culpabilité - ou non - de l'accusé.
Pour simplifier les choses, les faits ont été adaptés au droit français.

C’EST MAINTENANT ! Accédez sans compte Twitch, en cliquant simplement sur ce lien https://m.twitch.tv/associationseveiller

Publiée par S'Éveiller sur Jeudi 22 avril 2021


 

Les faits : 3 homicides volontaires, 3 assassinsats et un accusé atteint d'un handicap 

Les faits, les voici : au cours de l’année 2018, dans la ville de Gotham City, Arthur Fleck est employé dans une agence de clown et souhaite devenir humoriste. Il est atteint d’un handicap qui lui provoque des fous rires incontrôlables. Après avoir été viré de son travail, un soir, Monsieur Fleck est témoin d’une agression par trois hommes sur une femme, dans le métro. Ils sont retrouvés morts. Monsieur Fleck se sent de plus en plus rejeté par la société, ce qui le mène à la folie. Trois autres personnes vont être tuées dans son entourage.

En fait, il n’y a pas vraiment de doute sur le fait que le Joker a bien tué ces personnes. L’intérêt du procès réside plus dans sa responsabilité pénale. Son discernemnt était-il altéré ou aboli au moment des faits ? Etait-il conscient de ses actes au moment des faits ?

 

"Une belle expérience" mais "beaucoup de stress »

Pour Benjamin, dont la plaidoirie a donc convaincu, "ce procès a représenté une super expérience, même si c’était dur de se mettre dans la peau de l’avocat alors qu’il n’y avait pas de public, donc pas de réaction dans la salle".

Les étudiants en droit ont préparé ce procès pendant six mois. Zeinab Ouro-Sama, qui est en deuxième année, jouait le rôle de la présidente de jury. "C’était la première fois, donc c’était assez stressant. Mais je me suis mise peu à peu dans la peau du personnage".
 

Une véritable performance d’acteur pour le Joker

La plus grosse performance d’acteur revient au joker. Tanguy Hervé, assez crédible grimmé en clown, avec ses cheveux longs et verts, son costume orange sur une chemise jaune vif, son rouge à lèvres grotesque lui dessinant une bouche énorme et toujours souriante, a réussi la prouesse de tenir le rôle d'un personnage malade.
Il a été pris de rires convulsifs régulièrement tout au long de l'heure qu'a duré l'audience, prenant un air à la fois confiant et détaché le reste du temps. Une attitude qui a sûrement contribué à ce que le public le considère irresponsable de ses actes. 

 Le professeur de la casa de Papel et Tommy Shelby des Peaky Blinders jugés par le passé

L'an dernier, c'est le célèbre "Professor" de la série espagnole à succès "la casa de papel" qui avait été jugé.
Auparavant, c'était Tommy Shelby, héros de a série Peaky Blinders, qui avait été jugé pour acte de terrorisme, pour le recel d'armes volées en bande organisée et pour meurtre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société université éducation