Une association rennaise appelle au boycott du rappeur Orelsan

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Colin
Une pétition contre le rappeur Orelsan circule, à la suite de son titre "L'odeur de l'essence"
Une pétition contre le rappeur Orelsan circule, à la suite de son titre "L'odeur de l'essence" © FRANCK CASTEL / MAXPPP

Une pétition en ligne a été lancée il y a deux semaines, par une association rennaise qui produit des spectacles et tournées autour des musiques de Mongolie. L'association dénonce les paroles de la chanson "L'odeur de l'essence" d'Orelsan qu'elle juge discriminantes, où le terme "mongols" est utilisé à plusieurs reprises.

"Boycott Orelsan, pour l'abolition de la connotation offensante du terme 'Mongol' ", voilà le titre de la pétition qui a été lancée début décembre et qui récolte aujourd'hui près de 13 000 signatures. C'est Nomindari Shagdarsuren, la conseillère artistique de l'association rennaise Routes Nomades, qui produit des spectacles et tournées autour des musiques de Mongolie, qui en est à l'origine. Elle est aussi enseignante à l'INALCO (Institut national des langues et des civilisations orientales). Parmi les signataires, un enseignant de Rennes 2, Johanni Curtet, également spécialiste de la culture mongole, et lui-même directeur artistique au sein de Routes Nomades. 

Des propos jugés offensants et discriminants

Le texte de cette pétition est traduit en trois langues : le français, l'anglais et le mongol. Il met en cause les paroles de l'un des derniers titres phares du rappeur Orelsan, "L'odeur de l'essence" et notamment ces parties : "On prend des mongols, leur donne des armes / Appelle ça « justice », s’étonne des drames" puis "Depuis que les mongols sont dev'nus des experts / Entourés d’mongols, l’Empire mongol / On fait les mongols pour plaire aux mongols".

Nomindari Shagdarsuren rappelle que "le terme "mongol" définit l’identité culturelle et nationale de tout un peuple.  Ce nom qui devrait être neutre comme les adjectifs "français", "anglais", "juif", "inuit" et bien d’autres, est malheureusement encore et toujours en usage en français, connoté d’"idiot". Dérivé de l’appellation raciste de la trisomie 21, cette connotation est apparue au XVIIIe siècle. Si le sens de la chanson renvoie bien ici à une personne idiote, et ne renvoie pas aux gens de nationalité ou d’origine mongole (de Mongolie) son usage reste raciste et discriminatoire".

Elle y voit donc des propos insultants pour toute une communauté et appelle au boycott de l'artiste en le déprogrammant sur scène, à ne plus diffuser la chanson. 

Le chanteur Orelsan n'a pour l'instant pas réagi face à cette polémique. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.