Trans Musicales de Rennes : la diversité plus que jamais au programme de cette édition 2017

Un concert des Trans Musicales au parc expo de Rennes / © Marion Bornaz
Un concert des Trans Musicales au parc expo de Rennes / © Marion Bornaz

La 39e édition des Trans Musicales sera fidèle à sa réputation, diverse et exotique. A partir de mercredi, 87 artistes de 33 pays différents vont surprendre les oreilles des festivaliers durant cinq jours.

Par Alicia Foricher (avec l'AFP)

Une fois de plus, les Rencontres Trans Musicales de Rennes vont enchanter, étonner ou dérouter les milliers de festivaliers avec une programmation toujours aussi hétéroclite. De l’Asie à l’Amérique, le festival a été dénicher des talents s'exprimant dans des langues peu "connues" voire en voie de disparition.

De l'aïnou à lingala

Les festivaliers pourront profiter des sonorités des Japonais Oki Dub Ainu Band et leur dub en aïnou, de l'Ethiopien Gili Yalo et de son groove en amharique, de l'Indien Allurin et de sa pop en télougou (…), et de l’afro-rock du duo franco-congolais Tshegue en lingala. Plus étonnant encore, les Rennais Le Groupe Obscur et ses langues inventées... De même, "C'est la première fois que nous faisons venir des artistes syrien (Hello Psychaleppo) et indonésien (Bottlesmoker)" explique Jean-Louis Brossard, co-fondateur et programmateur des Trans Musicales.

Trans Musicales 2017 : la programmation expliquée par Jean-Louis Brossard au JT de France 3 Bretagne (septembre 2017)

Une diversité musicale et culturelle

Si l'Asie est présente en nombre avec onze artistes, l'Afrique est également bien représentée avec huit groupes ou chanteurs, provenant tous de pays subsahariens. "Jean-Louis (Brossard) s'intéresse aux musiques d'avant le blues, qui viennent souvent de ce continent. L'Afrique a une place particulière pour les sonorités. Il y a les rythmes, la voix. Pour lui, la musique africaine est la mère des musiques", explique Béatrice Macé.
 

Trans Musicales 2017 florilège


Se préserver pour la 40e édition

Avec 87 artistes, cette 39e édition est un peu moins étoffée en nombre que la précédente qui avait culminé à 103 groupes ou musiciens solo. "On reste à peu près sur la même configuration que l'an passé, à l'exception des concerts au théâtre du Vieux Saint-Etienne qu'on n'a pas maintenus pour des raisons budgétaires. On a voulu faire attention", précise Jean-Louis Brossard, qui ajoute que cette année, comme les deux précédentes, les coûts liés à la sécurité sont inclus dans le budget de 3,2 millions d'euros.

L’artiste électro Feder, le groupe rennais Columbine (…), seuls quelques noms d’artistes sonnent familiers dans la programmation 2017. Et pour cause. "Le projet cette année est un peu restreint", explique Béatrice Macé, fondatrice et coordinatrice du festival. "On s'est un peu réservés en vue de la 40e édition l'an prochain, qui sera marquée par l'histoire du festival."


C'est à Rennes que de nombreux artistes, devenus incontournables ensuite, se sont vus offrir leur première grande scène française: Björk, Etienne Daho, Nirvana, The Chemical Brothers, Daft Punk, LCD Soundsystem, Stromae, Noir Désir...

Des surprises pour 2018 ?

A quoi peuvent s’attendre les festivaliers pour l’année prochaine ? Difficile de dessiner une tendance au vu de la programmation, mais la diversité des créations artistiques n'a jamais semblé aussi grande. "Le monde est un kaléidoscope dont on se saisit", assure Béatrice Macé.

D’ici là, les "Trans" pense battre les 62 000 participants de l’année passée. "Au niveau ventes on est mieux que l'année dernière, donc ça s'annonce plutôt bien", se félicite Jean-Louis Brossard.

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Championnat de Bretagne de cyclo-cross

Près de chez vous

Les + Lus