Vendée Globe. "Les bonifications, c'est en train de pourrir l'arrivée de tout le monde". La colère de Damien Seguin

La colère de Damien Seguin sur le Vendée Globe. Le skipper encore en course, ne décolère pas contre les bonifications mise en place par le jury. Pour le navigateur le contexte de course n'a pas été pris en compte. Charlie Dalin va passer la ligne en premier, mais Yannick Bestaven peut l'emporter. 

Damien Seguin a exprimé son mécontentement face aux bonifications mises en place par le jury du Vendée Globe 2020
Damien Seguin a exprimé son mécontentement face aux bonifications mises en place par le jury du Vendée Globe 2020 © MaxPPP

Dans cette vidéo enregistrée depuis son Imoca toujours en course sur cette arrivée du Vendée Globe 2020, Damien Seguin se lâche sur le jury de l'épreuve.

"C'est en train de pourrir l'arrivée de tout le monde"

Le skipper conteste les bonifications mises en pace par le jury suite au sauvetage de Kevin Escoffier. Quatre marins avaient dû se dérouter, Jean Le Cam, Sébastien Simon, Boris Hermann et Yannick Bestaven.

Le jury a offert un temps compensatoir "sans prendre en compte le contexte de course" d'après le skipper du groupe Apicil.
 


Suite à ces bonifications Boris Hermann et Yannick Bestaven sont en mesure de remporter ce Vendée Globe sans franchir la ligne d'arrivée en premier.


Un jury de "vieux messieurs"


"Les bonifications, dit-il, ça pourrit cette arrivée. Je pense que le jury s'est un peu précipité, sans prendre le contexte de course particulier. C'est un peu dommage. J'en ai parlé avec d'autres skippers ; nous étions d'accord sur l'analyse. Je ne vais pas épiloguer là-dessus, mais j'ai un rapport particulier avec les jurys. J'ai toujours considéré, à juste titre étant donné mes nombreuses expériences en olympisme et autre, que c'étaient de trop vieux messieurs qui jugeaient sur des choses qu'ils n'avaient pas l'habitude de pratiquer eux-même. Donc, forcément, les décisions ne sont pas toujours bonnes". Damien Seguin APICIL


Quand on fait un sport il faut accepter les règles


Avis divergent sur la question, celui d'Arthur Hubert, boat-captain de Louis Burton. Alors que son skipper devrait être le deuxième à franchir la ligne d'arrivée ce mercredi soir, il pourrait être le grand perdant au jeu des bonifications, et se retrouver au pied du podium. 

"Personne ne pouvait imaginer que cela allait bloquer par l'avant. Quand on fait un sport, il faut accepter les règles". 

Arthur Hubert


"C'est compliqué. Quand ils ont décidé de ces bonifications, ils ne pouvaient pas anticiper de la suite de la course. Si on avait su qu'avec les sytèmes météos cela allait bloquer par l'avant cela aurait été différent. Après c'est une course, il y a des règles, il ne faut pas les discuter."

 

Une arrivée à suivre en direct

Les arrivées sont à suivre ici en direct lors de prises d'antenne exceptionnelles, dès 18h30 ce mercredi 27 février 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile