Lorient veut devenir un modèle de transport en commun à hydrogène

C’est une première en Bretagne, l’agglomération de Lorient va se doter d’un parc de bus à hydrogène, ainsi que de navettes maritimes fonctionnant avec cette énergie verte. Les habitants sont invités à découvrir le premier bus expérimental jusqu’au 29 avril. 

L'agglomération de Lorient va lancer une flotte de 12 bus à hydrogène à l'horizon 2025. Une première en Bretagne
L'agglomération de Lorient va lancer une flotte de 12 bus à hydrogène à l'horizon 2025. Une première en Bretagne © Crédit : Sonia Lorec

Lorient veut être une ville pionnière en matière d’énergies renouvelables. L’agglomération a posé son dévolu sur l’hydrogène en ambitionnant non seulement de faire rouler ses transports en commun en H2 mais aussi en produisant et distribuant cette énergie. En France, d’autres projets similaires existent à la Roche-sur-Yon, Pau ou Lens, par exemple. 

Sur le pays de Lorient, nous avons la chance d’avoir le projet d’éoliennes offshore au large de Groix et de Belle-île qui nous permettra de produire de l’hydrogène vert. Ce devrait être l’équivalent de l'énergie d’une demi-centrale nucléaire. Grâce à cette capacité de production nous allons pouvoir structurer une filière complète sur notre territoire.

Fabrice Loher, président de Lorient Agglomération

  

Une filière qui, selon le président de l’agglomération de Lorient, allie un objectif économique et de transition énergétique et qui devrait induire plusieurs centaines d’emplois et quelques millions d’euros de chiffres d'affaires

Lorient agglomération souhaite devenir autonome en énergie à l’horizon 2050. D’ici à 2025, 12 bus électriques à hydrogène devraient être mis en service. Quant aux navettes maritimes, la remotorisation du bateau Ar Vag Tredan est en cours et un nouveau bateau à hydrogène sera construit d’ici à 2023.  

Lorient Agglo veut développer une filière de l'hydrogène sur son territoire, de la production au transport en commun, pour parvenir à l'autonomie énergétique.
Lorient Agglo veut développer une filière de l'hydrogène sur son territoire, de la production au transport en commun, pour parvenir à l'autonomie énergétique. © Sonia Lorec/ Lorient Agglo

Une technologie verte et vertueuse  

L’investissement est conséquent : 7 millions d’euros pour les deux navettes et 15 millions pour les bus, avec des aides de la Région Bretagne et de l’Europe. Pour alimenter ces transports en commun verts, le pays de Lorient va devoir se doter de stations de distribution d’hydrogène, mais aussi d’infrastructures pour la maintenance des bus par exemple.  

Dès aujourd’hui, nous anticipons la hausse inexorable de la fréquentation de nos bus et de nos TransRades en investissant dans un matériel circulant plus vertueux. L’hydrogène vert répond à l’exigence de la réduction d’émission de polluants tout en offrant la capacité aux bus d’assurer leurs services quotidiens.

Maria Colas, vice-présidente chargée des mobilités à Lorient Agglo

L’hydrogène vert n’émet aucun polluant et rejette simplement de l’eau. Fabrice Loher assure qu’il n’y a aucun risque pour la sécurité des usagers des transports en commun car la technologie est désormais maîtrisée. Pas de problème non plus d’autonomie car les bus peuvent parcourir 450 km avec un plein. 

Une équipe de RATPDev, partenaire de Lorient Agglomération dans la mise en place de cette nouvelle filière, sera présente de 10h à 17h sur le parvis de l’Hôtel de ville pour présenter ce bus expérimental aux habitants le mercredi 28 avril et le jeudi 29 avril.  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement transition énergétique