REPORTAGE. Des dieux grecs en situation de handicap... Derrière un jeu de société, le pari fou de 17 collégiens

durée de la vidéo : 00h02mn00s
Le reportage de Nicolas Corbard et Yoann Etienne ©France 3 Bretagne

Une classe de collège de Guidel, dans le Morbihan, s'est lancée un défi : créer un jeu de société inclusif où les handicaps des personnages deviennent des forces pour remporter la partie. Les adolescents participeront même au festival international des jeux de société en 2024.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ils sont encore collégiens mais ils sont déjà chefs d'entreprise : une classe d'un collège de Guidel, dans le Morbihan, est aux manettes de CapGames, une mini-entreprise productrice du jeu de société "Tonnerre de Tuiles".

Pour progresser dans ce jeu de plateau et gravir le Mont Olympe, les joueurs doivent s'aider des dieux de la mythologie grecque. Ces cinq dieux sont porteurs d'un handicap, qui se révèle être un avantage au fil de la partie. Héphaïstos est en fauteuil roulant, Hadès, dieu des Enfers a un handicap visuel et la déesse Athéna a des troubles "dys".

Démarrer d'une page blanche

"Ça devient un superpouvoir en fait" détaille Alice Gatesoupe, en classe de 3e et co-créatrice du jeu. On peut aussi suivre une histoire et apprendre des choses sur la mythologie grecque."

Les collégiens ont pensé à tout pour rendre l'expérience de jeu la plus inclusive possible. Les porte-cartes, par exemple, sont fabriqués en tissu, à la main, et adaptés à tous les joueurs. Certains élèves sont eux-mêmes en situation de handicap.

Le projet a mis plusieurs mois à aboutir, avec plusieurs pôles qui ont travaillé de concert : communication, finances, production, coordination... Pour un budget total de 12 000 euros.

1.000 exemplaires produits

Pour superviser tous les aspects de la production, les collégiens ont donc créé leur mini-entreprise, CapGames, dans le cadre d'un partenariat avec l’association Entreprendre pour apprendre. Elle accompagne 200 mini-entreprises en Bretagne et 6.500 jeunes âgés de 9 à 25 ans.

Mélanie Rault, directrice régionale de l'association "Entreprendre pour apprendre", décrit la création de "Tonnerre de tuiles" comme une "aventure où les jeunes partent d'une page blanche et vont se challenger et révéler leurs talents."

Les jeunes sont accompagnés par un facilitateur, un enseignant-référent et un mentor professionnel

Mélanie Rault

Directrice régionale de l'association "Entreprendre pour apprendre"

Les 17 entrepreneurs en herbe ont été invités au festival international des jeux de Cannes. L'événement se déroulera du 23 au 25 février 2024 et accueillera 100.000 visiteurs. "Ça prouve que notre jeu est bien" se réjouit Arsène Gasser. On a produit 1.000 exemplaires, bientôt 1 000 autres. Je n'aurais pas du tout pensé que c'était possible."

"Cannes, c'est la cerise sur le gâteau" ajoute Stéphanie Le Meur. La professeure de Français au collège Saint-Jean La Salle a accompagné le projet des élèves jusqu'à la commercialisation.

Le jeu est d'ailleurs fabriqué en Bretagne et se veut écoresponsable avec des pions en coquille d'huître recyclée.

Les bénéfices générés par la vente de "Tonnerre de tuiles" iront à une association qui permettra à leur amie et partenaire de la mini-entreprise, Loane, en fauteuil roulant, d’aménager son domicile. 

(Avec Nicolas Corbard)