Soupçonnée de tricherie sur le Vendée Globe, Clarisse Crémer blanchie par le jury international. "Je vais pouvoir tourner la page"

Des soupçons de triche au routage météo, lors du dernier Vendée Globe, pesaient sur la navigatrice Clarisse Crémer. Le jury international, réuni à la demande de l'organisation de la course, a rendu sa décision ce lundi 4 mars 2024. La skippeuse et son compagnon Tanguy Le Turquais sont blanchis. Ils se disent tous les deux "soulagés" mais néanmoins "touchés" par cette affaire.

"Il n'y a pas eu mauvaise conduite". Le verdict du jury international, chargé de statuer si Clarisse Crémer a triché ou pas lors du dernier Vendée Globe, est tombé ce lundi 4 mars 2024. La navigatrice est lavée de tout soupçon, ainsi que son compagnon Tanguy Le Turquais.

Le jury international de la course au large, saisi par l'organisation du Vendée Globe, a auditionné le couple ce samedi 2 mars, de 11 h à 15h. Il en ressort que Clarisse Crémer n'a pas reçu d'assistance météo de la part de Tanguy Le Turquais durant la course. "C'est une libération, confie la navigatrice que nous avons pu joindre par téléphone. C'est un soulagement car ces dernières semaines n'ont pas été faciles. On va pouvoir tourner la page".

LIRE : Vendée Globe. Clarisse Crémer se défend de toute triche après la révélation d'échanges Whatsapp avec son mari

"Notre décision est sans appel"

Cette tricherie supposée a été mise au jour il y a trois semaines, à la faveur de captures d'écran de conversations sur Whatsapp entre la skippeuse et son conjoint, lesquelles évoquaient une aide au routage. Cette discussion avait été envoyée dans un mail anonyme à la Fédération française de voile.

Pour rappel, le routage est interdit par le règlement du Vendée Globe, épreuve sur laquelle les participants s'engagent à naviguer en solitaire et sans assistance. Le marin doit définir sa stratégie de course seul. Il fait ses choix, selon ses propres fichiers météo et ne peut utiliser de conseils extérieurs.

Le jury a estimé, "à l'unanimité" des cinq membres, que le règlement de la course n'avait pas été enfreint. "On a examiné les 14 captures d'écran qui semblaient prouver qu'il y avait eu tricherie, explique Georges Priol, le président du jury. On a reçu Clarisse et Tanguy et on a décortiqué ensemble ces captures d'écran qui ne démontrent pas qu'il y a eu une aide à la performance". Il souligne encore que le jury international est "sans appel, ce qui signifie que notre décision est ferme et définitive". 

La navigatrice conserve donc  sa 12e place au classement du Vendée Globe 2020-2021.

"Cette histoire nous a fait du mal"

Clarisse Crémer a réfuté les accusations dès le 15 février. “Nos échanges relèvent essentiellement de l’intimité d’un couple, avait-elle réagi dans une publication postée sur son compte Instagram. Tanguy ne me donne jamais la moindre information que je n’ai déjà. Aucune conversation avec lui n’a contribué à ce que je change de trajectoire ou que je fasse un choix stratégique qui aurait eu un impact sur ma course”.  

La navigatrice dit aujourd'hui que "toute cette histoire [nous] a fait du mal". "C'était certainement le but recherché, ajoute Tanguy Le Turquais. Voir le mot 'triche' associé à nos deux noms, c'est horrible. Et ça, ça a été dur". Les captures d'écran de la conversation ont, selon eux, été réalisées depuis le téléphone de bord de la skippeuse, propriété de son ancien sponsor.

Le couple attendait donc avec "impatience" d'être entendu par le jury international. "On avait hâte de pouvoir enfin s'expliquer, note Clarisse Crémer. Lors de cette audition, on a eu face à nous des personnes à l'écoute et humaines".

Elle souhaite désormais "prendre du recul et de la hauteur". "On aimerait retrouver la paix et la joie de faire le métier qui nous passionne, relate Tanguy Le Turquais. On a mis nos deux projets sur pause pendant cette histoire. On a juste envie de s'y remettre dans la sérénité".

L'un et l'autre sont qualifiés pour le Vendée Globe 2024. "Il nous manque encore des financements mais on va se concentrer à nouveau là-dessus" assurent-ils. Porter plainte ? Pour l'instant, ils n'y songent pas. "Même si la façon de faire pose question, affirme Clarisse Crémer. Car, dans notre milieu, quand une règle est enfreinte, il existe des procédures. Là, c'était de la malveillance".

"Des règles à retravailler"

Antoine Mermod, président de la classe Imoca, estime pour sa part que cette règle autour de l'assistance "a encore besoin d'être travaillée et d'être un peu modifiée". Selon lui, "cette histoire aura une incidence positive car cela va nous forcer à être encore plus à la hauteur sur la prochaine édition du Vendée Globe".

La non-assistance sur ce tour du monde en solitaire n'exclut pas pour le skipper le contact avec ses proches, "à partir du moment où cela ne traite pas des questions météo ou de performance, rappelle le président de la classe Imoca. Mais il faudra sans doute, dans une certaine mesure, que l'on précise mieux nos règles pour que les skippers et leur entourage en aient une vision plus claire et plus carrée".

Ce travail, entamé depuis plusieurs semaines, "et avant que n'éclate cette affaire", vise à "se poser un maximum de questions sur des cas que l'on pourrait imaginer comme étant litigieux, ajoute Antoine Mermod, afin de définir le plus précisément possible la ligne rouge à ne pas franchir. On fera ensuite de la pédagogie pour que tout le monde soit bien au courant des règles".

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité