Pas vaccinée, la seule médecin de l'Ile-aux-Moines ferme son cabinet

Le seul médecin de l'Ile-aux-Moines (Morbihan) ne peut plus exercer. Arrivée en janvier dernier, la généraliste n'est pas vaccinée et donc plus autorisée à rencontrer des patients. Les Ilois se disent inquiets.

"C'est le coeur gros avec beaucoup d'émotion et de douleur que je suis obligée de fermer. Je ne peux pas me faire vacciner. Je ne suis pas anti-vaccin, je n'interdis à personne de se faire vacciner. Sauf que voilà, moi je ne peux pas. C'est mon corps qui dit non", explique Christine Hochard sur le répondeur de son cabinet.

 

"Mon combat, c'est surtout pour les enfants"

 

Depuis le 15 septembre, l'unique médecin généraliste de l'Ile-aux-Moines (Morbihan) n'a plus le droit d'exercer. La vaccination contre le covid-19 pour tous les personnels soignants (entre autres), étant désormais obligatoire, Christine Hochard ne peut plus entrer en contact avec les patients.

Le 12 juillet, Emmanuel Macron annonçait que le vaccin serait obligatoire pour tous les soignants à compter de mi-septembre. "Honnêtement, je ne pensais pas que le gouvernement serait allé au bout", admet Christine Hochard au micro de France 3 Bretagne. "Sans cette obligation vaccinale, je me serais peut-être faite vacciner..."

 

"Ce vaccin, je ne le sens pas"

Christine Hochard, médecin généraliste à l'Ile-aux-moines

 

Ce ne sont pas là les seules motivations du médecin. "Pour l'intant, ce vaccin, je ne le sens pas (...) Les effets secondaires pour moi, je n'en ai pas peur. Mon combat, c'est surtout pour protéger les enfants. Les effets de ces produits à long terme, on ne les connait pas."

Pour autant, Christine Hochard se défend d'avoir tenté de dissuader ses patients de se faire vacciner. "Preuve en est, 98% des habitants de l'île sont désormais vaccinés", assure le médecin.

 

 

Christine Hochard s'était installée sur l'île en janvier 2021 après le départ à la retraite de son prédécesseur. Il avait fallu un an pour trouver quelqu'un qui accepte de prendre la relève.

 

 

Cette nouvelle a surpris tout le monde sur l'île la plus célèbre du Golfe du Morbihan. Une nouvelle fois, les 620 personnes, qui y vivent toute l'année, se retrouvent sans médecin. 

"Je suis inquiet, reconnait Hervé Créquer, un Ilois. La majorité des habitants est assez âgée. Comment fait-on, ne serait-ce que pour le renouvellement des ordonnances ? Et je ne parle pas des urgences !...

Le maire (sans étiquette) de l'île, Philippe Le Bérigot, abonde. "Christine Hochard m'a informé qu'elle ne pourrait pas poursuivre son activité la veille de la fermeture du cabinet médical. J'en prends acte (...) et je le regrette mais c'est sa liberté", regrette l'élu.

 

Lien de confiance rompu

 

"Les urgences, ça on sait faire, poursuit le maire. Mais un médecin, ce n'est pas que cela. C'est le quotidien avec le renouvellement des traitements, la réponse aux inquiétudes des uns et des autres. Ça demande une relation de confiance..."

 La confiance, justement, les habitant rencontrés ce week-end disent l'avoir perdue. "La décision de Chritine Hochard de ne pas assumer ses fonctions a provoqué une perte de confiance en elle", assure Hervé Créquer. "Je ne comprends plus (...) Un médecin doit montrer l'exemple", s'étonne Jacques Mortier, un autre Ilois.

 

Uniquement les soins urgents

 

Bien consciente que sa décision peut heurter, Christine Hochard confirme qu'il y a un prix à payer. " Evidemment, je rase les murs. "

En lien avec le conseil de l'ordre des médecins du département, la généraliste fait valoir qu'elle a demandé l'autorisation de continuer à assurer les soins urgents. "Ça m'a soulagée, souffle-t-elle. Savoir qu'à cause de mon choix, je risquais de mettre la vie de mes patients en danger, alors là, je l'aurais mal vécu..."

 

Inquiétude pour l'Ehpad

 

Le maire s'affaire désormais à trouver une solution, en particulier pour les 21 résidents de l'Ehpad qui se trouvent sur l'île. "Je me suis tourné vers l'Agence régionale de santé et j'ai bon espoir que nos échanges nous permettent de trouver une solution.

L'une des possibilités serait de faire venir des médecins vacataires à la journée. "Peut-être est-ce aussi l'occasion de s'intéresser aux moyens plus modernes comme la téléconsultation, suggère Philippe Le Bérigot, qui pourraient être complétaires."

De son côté, Christine Hochard dit s'accorder un temps de réflexion. "J'envisagerai peut-être de me faire vacciner... ou pas... La fermeture [du cabinet] n'est pas définitive".

 

Des pompiers également écartés

 

A l'instar de Christine Hochard, quatre sapeurs pompiers de l'Ile-aux-Moines refusent également de se faire vacciner et ont donc été écartés pour une durée indéterminée.

Pour autant, cette situation-là semble moins inquiéter. "Il y a dix pompiers volontaires vaccinés sur l'île et le SDIS (service départemental de secours et d'incendie) est en alerte supplémentaire sur l'Ile-aux-Moines, rassure le maire. Nous sommes certes une île mais pas si éloignée de Vannes."

 

.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19