Saint-Dolay (56) : privés d'un réseau internet suffisant, les habitants de Burin à la peine pendant le confinement

La commune de Saint-Dolay dans le Morbihan manque de connexion. La faiblesse du réseau est telle dans le village de Burin qu'elle empêche le télétravail et rend difficile les communications. La mise en service de la fibre devait être effective le 22 avril mais l'échéance sera sans doute repoussée. 

La commune de Saint-Dolay en attente d'un meilleur accès à internet
La commune de Saint-Dolay en attente d'un meilleur accès à internet © DR

Burin compte 480 habitants, "beaucoup de familles" explique Robert qui a toujours vécu ici. Située dans le Morbihan, ce village faisant partie de la commune de Saint-Dolay a effectué des démarches pour se connecter, accéder à la fibre, bénéficier d'un meilleur réseau. Depuis six mois, alors que cette fameuse fibre a enfin été déroulée, elle n'est toujours pas raccordée. La date du 22 avril avait été annoncée par l'opérateur mais cette date sera difficile à tenir. 

A l'heure du confinement, cela n'est pas sans poser des difficultés au quotidien. "Sur nos portables, on reçoit parfois les messages le lendemain. Les gens qui devraient être en télétravail ne le peuvent pas, faute de débit suffisant" raconte Robert. 


"Je suis à la limite de porter plainte pour mise en danger d'autrui, mais je ne sais pas contre qui"


Infirmière libérale, une autre habitante se dit excédée et très gênée pour travailler sereinement. "J'ai un boîtier à la maison qui permet d'augmenter les ondes pour le téléphone mais comme internet ne fonctionne pas, rien ne fonctionne. Je deviens injoignable. Je reçois les messages trop tard ou je rate les appels, comme ceux de médecins ou de patients."

Tout devient compliqué pour elle, jusqu'aux démarches administratives : "Je ne reçois pas les mails sécurisés, de l'Agence régionale de santé, de la sécu. Il m'est impossible de travailler en réseau avec mes associés. Lorsque je télé-transmets mes factures, elles sont rejetées. Je dois tout refaire à la main, cela ralentit les démarches, pour mon paiement, le remboursement des patients." Elle s'inquiète surtout pour eux d'ailleurs : "Je suis quelqu'un en ce moment, en palliatif à domicile. Est-ce que je dois aller dormir chez lui ? S'il y a un problème...Je suis à la limite de porter plainte pour mise en danger d'autrui, mais je ne sais pas contre qui..." confie-t-elle. Egalement maman, elle a renoncé aux cours en ligne. Impossible. Elle est obligée d'aller se connecter ailleurs que chez elle, pour faire ses démarches ou imprimer les cours des enfants. Elle songe à déménager mais dit-elle : "J'aime ma commune"
 

Un confinement difficile à respecter 


"Je vais peut-être me faire verbaliser, mais je n'ai pas le choix", relève une autre habitante qui souhaite rester anonyme. "Le télétravail, ce n'est même pas la peine. On ne peut pas consulter ses mails, télécharger quoi que ce soit, il y a des coupures sans cesse. Pour moi qui suis informaticienne, c'est le comble ! Je suis obligée d'aller chez un membre de ma famille, qui habite dans une autre commune." 

Contacté, Orange dit "regretter cette situation". La date du 22 avril ne pourra pas être honorée, difficile d'annoncer un délai. Damien de Kerhor, délégué régional Bretagne explique : "On sait que c'est un besoin mais nous ne sommes pas seuls dans cette démarche. Tant que certains concurrents n'auront pas fini les travaux nécessaires, nous ne pouvons pas finir l'opération. Nos équipes sont aujourd'hui présentes sur le terrain mais d'autres ont ralenti leur activité. Si nous intervenons maintenant, cela coupera le service internet de clients d'autres fournisseurs d'accès. Cela reste une priorité, nous ne lâchons pas le dossier." 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
internet économie aménagement du territoire environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter