Accusé de viol et d'agression sexuelle sur deux amies de sa fille, le père de famille reste en prison

Un père de famille de la Gacilly, dans le Morbihan est accusé de viol et d'agression sexuelle sur deux mineures, toutes deux amies de sa fille. Des faits qui se seraient produits à l'été 2022. Incarcéré depuis août 2023, l'homme a été maintenu en détention ce vendredi 19 avril par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes a maintenu en détention, ce vendredi 19 avril 2024, un père de famille de La Gacilly (Morbihan) accusé de "viol" et "agression sexuelle" sur deux amies de sa fille, toutes deux mineures. 

Lire : JUSTICE. Le cardiologue accusé de viol sur ses patientes reste en prison

Ce père de deux enfants, âgé de 65 ans, est incarcéré depuis le 16 août 2023 : en juin 2022, le procureur de la République de Rennes avait reçu "le signalement de l'infirmière" du lycée de Redon qui avait "intercepté un récit d'une élève de 15 ans" décrivant des abus sexuels.

"901 échanges" entre le père de famille et une jeune fille

La jeune fille, entendue par les enquêteurs, avait indiqué qu'elle s'était rendue à un rendez-vous fixé par le père de son amie, pour qu'il lui donne "des cigarettes" en présence de sa fille. Mais une fois sur place, le sexagénaire était seul et lui avait proposé de "monter dans la voiture pour fumer". Elle avait ensuite décrit des attouchements sexuels et certifié avoir subi "un suçon" de la part de cet homme.

L'adolescente avait alors prétexté recevoir "un SMS" de sa mère pour quitter son véhicule, mais son agresseur présumé avait continué à "lui envoyer des messages". Il ne reste pourtant aucune trace du contenu des "901 échanges" entre le père de famille et l'adolescente : en apprenant les faits, la fille du sexagénaire avait pris le téléphone de son amie et "effacé" l'intégralité des conversations avec son père.

Une autre plainte quelques mois plus tard

La procédure avait ensuite été "transmise à Vannes" : la brigade de gendarmerie de La Gacilly travaillait en effet sur "une autre plainte" déposée par une jeune fille de 17 ans à l'encontre de cet homme. 

Alors qu'elle avait "rendez-vous pour un stage", l'adolescente avait, en effet, croisé le 14 août 2022 cet homme qui est "le père d'une amie" et qui lui avait "proposé de la ramener". Le sexagénaire aurait alors "posé sa main sur la cuisse" de l'adolescente, et elle avait constaté qu'il ne "prenait pas le chemin" qu'il aurait dû normalement emprunter pour la reconduire à son domicile.

Il reconnaît avoir "dérapé"

L'homme s'était finalement garé "près d'un étang", lui aurait retiré son pantalon et lui aurait infligé plusieurs pénétrations - des faits pouvant revêtir une qualification criminelle et justifier son renvoi devant une cour d'assises. La jeune fille était rentrée chez elle "complètement tétanisée" et "en pleurs", et sa mère l'avait immédiatement emmenée "à la gendarmerie". L'examen médico-légal conclura que ses lésions sont bien "compatibles avec les faits décrits".

Devant le juge d'instruction, le sexagénaire a admis avoir "dérapé" mais maintient ne pas avoir abordé ses victimes "dans une optique sexuelle", ni les avoir "forcées".

Reste que pour l'avocat général, cet homme - qui n'était ni présent, ni représenté par un avocat à l'audience - a "une personnalité très frustre" et démontre "une absence d'introspection". Le représentant du parquet de Rennes avait donc sollicité son maintien en détention, et la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes s'est rangée à son avis.