Vannes. Blocage de la maison d'arrêt, un mouvement "d'alerte" pour les syndicats

Publié le
Écrit par Emilie Colin
Des membres du personnel de la maison d'arrêt de Vannes mobilisés
Des membres du personnel de la maison d'arrêt de Vannes mobilisés © DR

Une partie du personnel de la maison d'arrêt de Vannes était mobilisée ce mardi 26 octobre, pour dénoncer leurs conditions de travail alors que l'établissement connaît une surpopulation carcérale.

Une douzaine de personnes, surveillants ou membres du personnel médical se sont rassemblées devant la maison d'arrêt de Vannes ce mardi matin vers 6 h 45. L'objectif ? Interpeller les visiteurs sur leurs conditions de travail et rencontrer la direction. Aucune mobilisation n'avait eu lieu depuis 2018

"On veut montrer qu'on est présents, c'est un mouvement d'alerte"

La maison d'arrêt regroupe actuellement 86 personnes détenues, bien au-delà de sa capacité d'accueil qui est de 52 personnes. "Cette surpopulation entraîne de la violence, c'est devenu une cocotte-minute. On n'a jamais eu affaire à autant de violences", explique Roger Michel, secrétaire local de la CGT pénitentiaire. "Le manque d'effectifs fait que les collègues sont fatigués physiquement et psychologiquement", ajoute-t-il. Il évoque un week-end difficile, avec une tentative de suicide, des bagarres au sein de l'établissement. 

Actuellement, 24 surveillants devraient être en poste. Ils sont une vingtaine, insuffisant selon les syndicats. 

Plusieurs salariés ont finalement été reçus par la direction. "On a été écoutés, mais la direction est limitée dans ses actions. Il faut pourtant que ça évolue. Avec les départs à la retraite, on va avoir encore plus de manque", souligne Roger Michel. 

Le mouvement a été levé en milieu de matinée. 

 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.