Cet article date de plus de 3 ans

Notre-Dame-des-Landes : les collectivités favorables appellent à faire respecter le referendum

Le Syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les collectivités soutenant le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), a appelé lundi l'Etat à "faire respecter le referendum" un an après une consultation favorable.
Lors de la consultation sur le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la majorité des votants s'est prononcée en faveur du oui.
Lors de la consultation sur le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la majorité des votants s'est prononcée en faveur du oui. © PHOTOPQR/PRESSE OCEAN/MAXPPP
"Il y a un an jour pour jour, près de 500.000 citoyens ont participé à la consultation, véritable référendum local, dont le résultat était clair. Une nette majorité d'entre vous s'est prononcée en faveur de cette infrastructure. Un an après, vous attendez que le respect de la démocratie se traduise en acte. Nous aussi", écrit dans une lettre le SMA, présidé par Bruno Retailleau, président (LR) de la région des Pays de la Loire.

"Les élus du Grand Ouest attendent que l'Etat respecte ses engagements et fasse exécuter les décisions de justice. Ils souhaitent également que la médiation d'apaisement qui vient d'être lancée facilite le départ des occupants illégaux", poursuit la lettre.

Pour les 20 collectivités locales, "le processus de médiation d'apaisement en cours ne saurait donc remettre en cause les fondements d'un dossier consolidé sur le plan règlementaire, judiciaire et démocratique".

Une solution d'ici le 1er décembre

Trois médiateurs ont été désignés par Matignon : Gérard Feldzer, ancien pilote de ligne proche de Nicolas Hulot, Michel Badré, ingénieur membre du Conseil économique, social et environnemental, et Anne Boquet, préfète. Ils ont la difficile mission de proposer une solution d'ici au 1er décembre.

Notre-Dame-des-Landes : "mascarade", "aucune légitimité", les médiateurs ne font pas l'unanimité - France 3 Pays de la Loire


Une manifestation pro-aéroport est par ailleurs organisée lundi à 20h30 devant la mairie de Saint-Aignan-de-Grandlieu (Loire-Atlantique) à l'appel des associations "Des ailes pour l'Ouest", l'ACSAN (Association contre le Survol de l'Agglomération Nantaise), et un collectif de citoyens de Saint-Aignan-de-Grandlieu. 

Déclaré d'utilité publique en 2008, le transfert de l'actuel aéroport nantais sur le site de Notre-Dame-des-Landes est au point mort depuis plusieurs années.

La nouvelle infrastructure aurait dû être inaugurée en 2017. Quelque 600 à 700 "zadistes", opposants au projet d'aéroport, occupent le site de 1 200 hectares.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame-des-landes économie transports transports aériens