• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Pêche à pied et consommation de coquillages interdites sur une grande partie du littoral du Morbihan

Pêche à pied à Riantec / illustration / © PhotoPQR/Ouest France
Pêche à pied à Riantec / illustration / © PhotoPQR/Ouest France

Depuis le 23 mai, la préfecture du Morbihan a prononcé une succession d'arrêtés interdisant pêche et consommation de coquillages sur les côtes et les îles Morbihannaises. Des toxines de phytoplanctons naturels se multiplient dans l'eau en raison de conditions météorologiques favorables.

Par Marc-André Mouchère

C'est la pouasse pour les amateurs de pêche à pied : la plus grande part des coquillages sont contaminés par des toxines lipophiles issues du phytoplancton. Les conditions météo y sont actuellement favorables. La forte présence touristique fait craindre aux autorités que des amateurs de moules, coques, palourdes et autres bivalves ne s'empoisonnent.

La Préfecture du Morbihan a encore prononcé ce mercredi 29 mai un arrêté d'interdictions de pêche, de commercialisation et de consommation de quasiment tous les coquillages dont voici le contenu détaillé suivi d'une carte.

Situation au 29 mai 2019

En raison de la contamination de coquillages par des toxines lipophiles phytoplanctoniques, (phytoplanctons naturels se développant dans des conditions météorologiques favorables), des interdictions de pêche, du ramassage, du transport, de la purification, de l’expédition, du stockage, de la distribution, de la commercialisation et de la mise à la consommation humaine ont été prononcées ce 29 mai 2019 en complément de précédentes interdictions pour :

1) les tellines par arrêté préfectoral du 29 mai 2019 pour la bande côtière entre la rivière d’Etel et Penthièvre (baie d’Etel),

2) tous les coquillages sauf vernis par arrêté préfectoral du 29 mai 2019 (l’arrêté préfectoral du 16 mai 2019 est remplacé par l’arrêté préfectoral du 29 mai 2019) pour les zones suivantes :
- la zone du large,
- la bande côtière de Belle-île,
- la bande côtière et la zone de parcs de l’île de Houat,
- la bande côtière de l’île de Hoëdic,
- la bande côtière des côtes de Saint Pierre Quiberon et Quiberon (sauf côté baie),
- la bande côtière et la zone de parcs de l’île de Groix,
- la bande côtière entre La Laïta et la rivière d’Etel.
-
3) tous les coquillages par arrêté préfectoral du 28 mai 2019 pour la zone suivante :
- la baie de Pont Mahé.

4) tous les coquillages par arrêté préfectoral du 23 mai 2019 pour les zones suivantes :
- la rivière de La Laïta,
- le littoral damganais (côté océan),
- la baie de Kervoyal,
- l’étier de Billiers,
- l’embouchure de La Vilaine (le Branzais),
- la baie de La Vilaine (Le Halguen),
- la côte de la Mine d’Or.

Ces interdictions s'appliqueront jusqu’au rétablissement d'une situation sanitaire satisfaisante.
Arrêté préfectoral du 29 mai 2019 / © Préfecture du Morbihan
Arrêté préfectoral du 29 mai 2019 / © Préfecture du Morbihan


Une situation qui touche le sud de la Bretagne du Finistère jusqu'en Loire Atlantique

De la pointe de Penmac'h à celle du Croisic, la météo actuelle favorise le développement de phytoplanctons toxiques. C'est ce que l'on peut observer plus largement sur le portail du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

 

Sur le même sujet

Rapport violence prison de Vezin juin 2019

Les + Lus